Forum des Religions - Les Origines

La Tour de Babel :: l'origine de l'empire mondial des religions

2 participants

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Mer 5 Mai 2021 - 15:16

    Rappel du premier message :

    Les mensonges de la Watchtower sur la théorie documentaire 

    Pour faire plaisir au petit TJ: Les mensonges de la Watchtower sur la théorie documentaire 
    charles CHASSON

    Pour un fondamentaliste comme le sont les Témoins de Jéhovah, la Bible est une. Son auteur est Dieu, qui a utilisé comme secrétaire une quarantaine d'écrivains. Quand la Bible déclare qu'un livre a été
    écrit par une personne, elle ne peut se tromper.

    Ainsi Jésus a identifié l'auteur du Pentateuque à Moïse, en conformité avec les croyances de ses contemporains. Dès lors, pour un fondamentaliste biblique, il n'est plus possible d'attribuer une autre
    source au Pentateuque, Jésus a validé la tradition de son époque dans la Bible, donc cette tradition était vraie.

    Voici ce que peut produire l'autorité théologique des Témoins de Jéhovah appelé par eux Collège Central en rapport avec le problème complexe de la paternité des écrits du Pentateuque. Cet article
    intitulé « Qui a écrit le Pentateuque » est paru dans une de leur revue nommée Réveillez-vous du 22 Avril 2004. Il est interessant à plus d'un titre:

    Nous allons voir comment la Société Watchtower entend présenter à ses lecteurs souvent acquis à sa cause, un point de vue adverse à sa théologie. On pourra ensuite étudier comment elle répond à la théorie présentée, et avec quelles références.

    Tout d'abord abordons rapidement un point. Comment la Watchtower présente son point de vue dans cet article. Elle déclare au début:

    « La tradition attribue à Moise les cinq premiers li­vres de la Bible,
    ou Pentateuque. »

    Notez ici un point important, car d'habitude pour les Témoins de Jéhovah, ce n'est pas la tradition mais la Bible qui fait autorité. Pour les Témoins de Jéhovah, la tradition est un terme souvent péjoratif, vécue comme contraire aux écritures, les hommes ayant préférés leurs traditions à l'enseignement biblique. Ainsi Jésus critiquait les pharisiens de son époque pour « leurs traditions » de même les Témoins de Jéhovah critiquent les autres religions chrétiennes pour « leurs traditions contraires aux Saintes Ecritures » telle que la Trinité, l'immortalité de l'âme.

    En dehors des écrits du Nouveau testament qui reprennent sans les changer les traditions de l'époque, nulle part la Bible n'identifie l'auteur des 5 premiers livres de la Bible. Certes ces 5 livres et particulièrement les 4 derniers sont une vie du peuple d'Israël sous la conduite de Moïse, mais il n'est pas dit exprèssément que c'est Moïse qui les a écrits ou en tout cas qui les a compilés sous la forme que nous connaissons. Ici la société Watchtower reconnaît sans s'y attarder qu'en dehors de la tradition juive reprise par Jésus, elle n'a aucune preuve pour attribuer la paternité du Pentateuque à Moïse.

    L'auteur de la Société Watchtower fait néanmoins une concession:

    « Moise a peut-être puisé ses renseignements dans des sources histo­riques plus anciennes. »

    Notez bien le « peut-être » . En effet même pour la chronologie jéhoviste de la Bible, Moïse a vécu près de 2500 années après le premier homme Adam dont il est censé avoir écrit l'histoire dans le livre de la Genèse. Il faut bien qu'il ait basé son récit sur quelques choses de solide pour rapporter des évènements si éloignés de son temps, dès lors par cette phrase qui semble anodine, la SociétéWatchtower évoque sans l'aborder de front, une des critiques à sa théorie.
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:26


    14 tablettes, Enki et le futur de l'humanité
    Nouvelle sagesse
    https://www.macroeditions.com/data/blog/big/b/banner-articles-sitchin-livre-perdu.jpg

    C'est la Destinée qui détermine le cours des événements : les premiers seront les derniers.

     Spécialistes et théologiens admettent maintenant que les récits bibliques de la Création, d’Adam et Ève, du Déluge et de la Tour de Babel se sont inspirés de textes écrits des milliers d’années plus tôt en Mésopotamie, en particulier par les Sumériens. 

    Ces écrits affirmaient à leur tour tirer leur connaissance d’événements passés (dont certains avaient eu lieu avant l’apparition de la civilisation) et des écrits des Anunnakis (« Ceux qui des cieux vinrent sur Terre »): les « dieux » de l’Antiquité.

    Un siècle et demi de découvertes archéologiques dans les ruines des civilisations de l’Antiquité a permis de mettre au jour un grand nombre de ces textes, en particulier au Proche-Orient. Les découvertes ont également permis de mesurer l’étendue des textes manquants (les « écrits perdus »), qu’ils soient cités ou suggérés dans les textes trouvés, ou que leur existence passée ait été cataloguée dans les bibliothèques royales ou sacrées.

    La trace écrite des "Dieux" de l'histoire de l'humanité 
    Les « secrets des dieux » étaient parfois révélés en partie dans les épopées, par exemple :

    • le cas de l’Épopée de Gilgamesh, qui révèle le débat entre les dieux ayant mené à la décision de laisser périr l’Humanité dans le déluge,[/*]
    • le texte intitulé Atra Hasis, qui relate comment la mutinerie des Anunnakis qui peinaient dans les mines mena à la création des travailleurs primitifs, c’est-à-dire les Terriens.[/*]


    De temps à autre, les meneurs des astronautes eux-mêmes rédigèrent des textes, les dictant parfois à un scribe élu. C’est le cas du texte connu sous le nom d’Erra Epos, dans lequel l’un des deux dieux à l’origine de la catastrophe nucléaire essaie de rejeter la responsabilité sur son adversaire.

    Parfois, c’est le dieu lui-même qui tient le stylet, comme :


    • dans le Livre des secrets de Thot (dieu égyptien de la sagesse), que le dieu a rédigé dans le secret d’une chambre souterraine.[/*]
    • ou Lorsque le seigneur-dieu Yahvé, selon la Bible, offre les Dix Commandements à Son peuple élu, Il grave de Sa propre main deux tablettes de pierre qu’Il confie à Moïse sur le mont Sinaï. Moïse détruit le premier jeu de tablettes en réaction à l’incident du veau d’or, puis grave lui-même de nouvelles tablettes recto verso pour les remplacer. Il passe quarante jours et de quarante nuits sur le mont Sinaï à graver les mots du Seigneur.[/*]


    Il arrive que nous sachions que certains textes ont existé sans pour autant connaître leur contenu, ce qui n’est pas moins frustrant. C’est le cas du Livre des guerres de Yahvé et du Livre de Jasher (« Livre de la justice »), qui sont spécifiquement mentionnés dans la Bible :

    • Sans un récit sur le Livre des secrets de Thot, écrit sur un papyrus datant du règne du roi égyptien Khufu (Chéops), l’existence de ce livre serait restée inconnue.[/*]
    • Sans les récits bibliques de l’Exode et du Deutéronome, nous n’aurions jamais entendu parler des tablettes divines et de leur contenu.[/*]
    • Tout cela aurait été relégué au rang des énigmatiques « écrits perdus » dont l’existence même ne nous aurait jamais été connue.[/*]


    L’existence de deux livres anciens (textes antérieurs connus du narrateur biblique) peut être déduite dans au moins deux cas :

    • Le chapitre cinq de la Genèse commence par l’affirmation suivante: « Voici le livret du Toledoth d’Adam. » Le terme Toledoth est en général traduit par « descendance », mais pour être plus précis, il signifie en réalité « compte rendu historique ou généalogique ».[/*]
    • Le chapitre six de la Genèse, lorsque le récit concernant Noé et le Déluge commence par les mots « Voici le Toledoth de Noé ». Il s’avère que des fragments d’un ouvrage connu sous le nom de Livre d’Adam et Ève ont traversé les millénaires sous leur version arménienne, slavonique, syriaque ou éthiopique. Le Livre d’Enoch (l’un des apocryphes qui n’ont pas été inclus dans la Bible canonisée) contient des passages qui, selon les chercheurs, seraient des fragments tirés d’un Livre de Noé bien plus ancien.[/*]


    Les restes de la biliothèque d'Alexandrie comme mémoire
    L’exemple de la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, en Égypte, est souvent cité pour illustrer l’ampleur des livres perdus :

    • Fondée par le général Ptolémée après la mort d’Alexandre en 323 av. J.-C., elle est réputée avoir contenu plus de cinq cent mille « volumes » écrits sur toutes sortes de supports (argile, pierre, papyrus, parchemin);[/*]
    • La grande bibliothèque où les érudits se rassemblaient pour étudier les connaissances accumulées a brûlé et fut détruite au cours des guerres qui ont fait rage entre 48 av. J.-C. et la conquête par les Arabes, en 642 apr. J.-C.;[/*]
    • De ses trésors, il ne nous reste qu’une traduction des cinq premiers livres de la Bible hébraïque en grec et quelques fragments qui ont survécu dans les écrits de certains chercheurs attitrés de la bibliothèque;Manéthon (prêtre égygtien)[/*]


    C’est seulement ainsi que nous savons que le second roi Ptolémée confia vers 270 av. J.-C. la rédaction de l’histoire et de la préhistoire de l’Égypte à un prêtre égyptien que les Grecs connaissaient sous le nom de Manéthon.

    "Au début, écrit Manéthon, seuls étaient les dieux. Puis apparurent les demi-dieux et enfin, vers 3100 av. J.-C., les dynasties pharaoniques. Le règne des dieux, écrit-il, commença dix mille ans avant le Déluge et se poursuivit pendant des milliers d’années après lui, cette seconde période étant marquée par des combats et des guerres intestines."
    Dans les contrées asiatiques soumises à Alexandre, dont le pouvoir tomba aux mains du général Séleucos et de ses successeurs, on essaya de même d’offrir aux savants grecs un compte rendu des événements passés.
     
    Bérose (prêtre babylonien)
    Bérose, un prêtre du dieu babylonien Mardouk qui avait accès aux librairies de tablettes d’argile dont le cœur était la librairie d’Harran (sud de l’actuelle Turquie), rédigea une histoire des dieux et des hommes en trois volumes qui commence avec la venue de dieux sur Terre 432 000 ans avant le Déluge.
    Bérose dresse une liste des dix premiers chefs, donnant leur nom et la durée de leur règne. Il rapporte que le premier meneur, habillé en poisson, est sorti de la mer en marchant. C’est lui qui apporta la civilisation à l’humanité. Son nom, transcrit en grec, était Oannes.
    Ces deux prêtres rapportèrent donc la venue de dieux célestes sur Terre, évoquant une époque où seuls les dieux régnaient sur Terre et décrivant la catastrophe du Déluge. Leurs récits concordent sur de nombreux points.
    Assurbanipal (roi assyrien)
    Dans les quelques fragments de ces trois volumes ayant survécu (à travers des écrits de la même époque), Bérose mentionne l’existence d’écrits datant d’avant le Déluge. Il s’agit de tablettes de pierres qui furent dissimulées dans une ancienne ville appelée Sippar, l’une des cités originelles fondées par les anciens dieux.
    Bien que Sippar, comme les autres villes antédiluviennes des dieux, fût submergée et rayée de la carte par le déluge, une référence aux écrits antédiluviens a refait surface dans les annales du roi assyrien Assurbanipal (668-633 av. J.-C.). Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’ancienne capitale de Ninive n’était connue que dans l’Ancien Testament.
    Lorsque les archéologues la découvrirent, ils mirent au jour dans les ruines du palais d’Assurbanipal une bibliothèque contenant les restes de quelque 25 000 tablettes couvertes d’inscription.
    Collectionneur assidu de « textes anciens », Assurbanipal se vante dans ses annales: « Le dieu des scribes m’a accordé le don de la connaissance de son art, j’ai été initié aux secrets de l’écriture. Je suis capable de lire les tablettes sumériennes, pourtant si compliquées. Je comprends les mots énigmatiques gravés dans la pierre avant le Déluge. »
    La civilisation shumérienne (ou sumérienne)
    Nous savons maintenant que la civilisation shumérienne (ou sumérienne) :

    • s’est épanouie dans la région qui est ensuite devenue l’Irak presque un millénaire avant le début de l’ère des pharaons en Égypte, et que ces deux civilisations ont été suivies par celle de la vallée de l’Indus, dans le sous-continent indien.[/*]
    • elles furent les premiers à rédiger annales et autres récits sur les dieux et les hommes, à partir desquels les autres peuples, dont les Hébreux, ont tiré les textes de la Création, d’Adam et Ève, d’Abel et Caïn, du Déluge, de la Tour de Babel, des guerres et des amours des dieux, comme on peut le voir dans les écrits des Grecs, Hittites, Cananéens, Perses et Indo-européens.[/*]


    Ces écrits anciens prouvent que leurs sources étaient des textes plus anciens encore, certains retrouvés, d’autres perdus.
    Le volume de ces anciens écrits est prodigieux
    Ce ne sont pas des milliers mais des dizaines de milliers de tablettes d’argiles qui ont été découvertes dans les ruines du Proche-Orient de l’Antiquité. Nombre de ces écrits décrivent certains aspects de la vie quotidienne, dont le commerce, le salaire des travailleurs et les contrats nuptiaux.
    D’autres, mis au jour principalement dans les bibliothèques des palais, forment les annales royales. D’autres encore, découverts dans les ruines des bibliothèques des temples ou des écoles où l’on formait les scribes, forment un corpus de textes canonisés, une littérature secrète. Ils furent écrits en langue sumérienne puis traduits en akkadien (la première langue sémitique) et autres langues anciennes. Même ces écrits, qui ont plus de six mille ans, font référence à des « livres » perdus (textes inscrits sur des tablettes de pierre).
    Le mot « chance » ne suffit pas à qualifier la découverte miraculeuse, dans les ruines des villes et bibliothèques de l’Antiquité, de prismes d’argile recouverts d’informations sur les dirigeants antédiluviens et leurs 432 000 ans de règne combiné auxquels faisait allusion Bérose.
    Connues sous le nom de Listes des rois sumériens (et exposées au musée Ashmolean à Oxford, Angleterre), les différentes versions ne laissent aucun doute sur le fait que leurs compilateurs sumériens devaient avoir accès à une référence textuelle publique ou canonisée antérieure.
    Associées à des textes aussi anciens plus ou moins bien conservés, elles suggèrent fortement que la première personne à avoir rapporté l’Arrivée, mais aussi les événements qui l’ont précédée et suivie, devait être l’un de ces meneurs, un participant clé, un témoin visuel. Parmi ceux qui avaient assisté à ces événements (et qui y avaient en fait participé activement) se trouvait le chef qui s’était écrasé dans l’eau avec le premier groupe d’astronautes. À cette époque, son épithète était E.A. « Celui qui demeure dans l’eau ». Il avait connu la déception de voir le commandement de la Mission Terre confié à son demi-frère et rival EN.LIL (« Seigneur de l’Autorité »), une humiliation atténuée par le fait qu’on lui avait accordé le titre d’EN.KI (« Seigneur de la Terre »). Relégué dans l’E.DIN (« Éden »), loin des villes des dieux et de leur spatioport, le grand scientifique Ea/Enki supervisait l’extraction de l’or dans l’AB. ZU (Afrique du sud-est).
    Naissance de l'Humain
    Le grand scientifique Ea/Enki  rencontra par hasard les hominidés qui peuplaient ces régions. Lorsque les Anunnakis qui peinaient dans les mines se rebellèrent contre leur sort, c’est lui qui réalisa que la main-d’œuvre nécessaire pouvait être obtenue en faisant un bond dans l’évolution grâce à la manipulation génétique, et c’est ainsi que naquit l’Adam (littéralement, « Celui qui vient de la Terre », le Terrien).
    Hybride, l’Adam ne pouvait procréer. Les événements repris dans le récit biblique d’Adam et Ève relatent la seconde modification génétique à laquelle Enki eut recours pour ajouter les chromosomes sexuels nécessaires à la procréation. Et lorsqu’il apparut que l’Humanité avait évolué dans une direction inattendue, ce fut lui, Enki, qui défia le plan de son frère Enlil de la laisser périr dans le Déluge. Le héros de ces événements a été appelé :

    • Noé dans la Bible[/*]
    • Ziusudra dans le texte sumérien antérieur[/*]


    Premier fils d’Anu, le dirigeant de Nibiru, Ea/Enki connaissait parfaitement le passé de sa planète (Nibiru) et de ses habitants. Scientifique accompli, il transmit les plus importants aspects des connaissances avancées des Anunnakis à ses deux fils Mardouk et Ningishzidda, dieux qui étaient connus par les Égyptiens sous les noms de Ra et Thot. Il joua également un rôle prépondérant dans le partage avec l’Humanité de certains aspects de ces connaissances avancées, en enseignant « les secrets des dieux » à des individus choisis.
    À deux occasions au moins, ces deux initiés compilèrent ces enseignements divins en tant qu’héritage de l’humanité, comme il le leur avait été demandé :

    • Adapa, est connu pour avoir écrit l’un des premiers ouvrages perdus, intitulé Écrits sur le temps. Adapa était probablement le fils d’Enki et d’une Terrienne;[/*]
    • Enmeduranki, a selon toute probabilité inspiré le personnage d’Hénoch dans la Bible, celui qui fut emporté aux cieux après avoir confié à ses fils le livre des secrets divins. Il est possible qu’une version de cet ouvrage ait survécu dans le livre apocryphe d’Hénoch;[/*]


    Bien qu’il soit le premier-né d’Anu, il n’était pas destiné à succéder à son père sur le trône de Nibiru. Des règles de succession complexes à l’image de l’histoire torturée des Nibiriens accordaient ce privilège au demi-frère d’Enki, Enlil. Dans une tentative de résoudre ce conflit profond, Enki et Enlil furent envoyés en mission sur une planète étrangère, la Terre, dont l’or était nécessaire pour préserver l’atmosphère mourante de Nibiru.
    C’est dans ce contexte, rendu encore plus complexe par la présence sur Terre de leur demi-sœur Ninharsag (officier médical en chef des Anunnakis), qu’Enki décida de contrer le projet d’Enlil visant à faire périr l’humanité dans le déluge.
    Le conflit se poursuivit entre les fils des demi-frères, et même entre leurs petits-enfants. Tous, et en particulier ceux nés sur Terre, étaient confrontés à la perte de la longévité que la lente période orbitale de Nibiru leur aurait procurée, ce qui générait de l’angoisse et exacerbait les ambitions.
    La tension atteignit son paroxysme au cours du dernier siècle du troisième millénaire av. J.-C., lorsque Mardouk, le premier fils d’Enki et de son épouse officielle, affirma que c’était lui qui devrait hériter de la Terre, et non le premier fils d’Enlil, Ninurta. Ce terrible conflit ponctué d’une série de guerres conduit à l’usage des armes nucléaires, qui entraîna la malencontreuse disparition de la civilisation sumérienne. 
    L’initiation d’individus choisis aux « secrets des dieux » avait marqué l’avènement du clergé, les lignées de médiateurs entre les dieux et le peuple, ceux qui transmettaient la Parole divine aux Terriens mortels.
    Les oracles, interprétations de la parole divine, allaient de pair avec l’observation des cieux à la recherche de présages. Alors que l’humanité était de plus en plus encline à prendre un parti dans les conflits entre les dieux, les prophéties commencèrent à jouer un rôle. En fait, le terme qui désigne ces porte-parole des dieux qui proclamaient ce qui allait se produire, Nabih, était l’épithète du premier fils de Mardouk, Nabu, qui avait essayé au nom de son père de convaincre l’humanité que les signes divins annonçaient la suprématie future de Mardouk.
     
    Ces changements soulignèrent la nécessité de distinguer le Sort et le Destin. Les proclamations d’Enlil et celles d’Anu n’avaient jusqu’alors jamais été remises en question. Désormais, on examinait la différence entre NAM (le destin dont la course, comme les orbites planétaires, était prédéterminée et ne pouvait être modifiée) et NAM.TAR (littéralement, un destin que l’on pouvait influencer, briser, changer: le Sort).
    En se remémorant et en réexaminant la série d’événements et l’apparent parallélisme entre ce qui s’était passé sur Nibiru et ce qui s’était produit sur Terre, Enki et Enlil entamèrent une réflexion philosophique sur ce qui était écrit et ne pouvait être évité, et ce qui n’était qu’une conséquence de bonnes ou mauvaises décisions et du libre arbitre. Le second ne pouvait être prédit, mais le premier pouvait être prévu, en particulier si tout, comme les orbites des planètes, était cyclique, si ce qui s’était produit devait se produire à nouveau, si les Premiers allaient être les Derniers.
    La catastrophe nucléaire est un événement crucial qui a exacerbé la réflexion intense des chefs anunnakis et a provoqué le besoin d’expliquer ses causes aux innombrables victimes humaines. Était-ce le Destin, était-ce le résultat du Sort forgé par les Anunnakis? Pouvait-on désigner un responsable, pouvait-on blâmer quelqu’un?
    Au cours des conseils anunnakis qui précédèrent la catastrophe, ce fut Enki qui se dressa seul contre l’usage des armes interdites. Il était donc important pour Enki d’expliquer aux survivants blessés comment les extraterrestres avaient fini par tout détruire malgré leurs bonnes intentions. Qui d’autre qu’Ea/Enki, qui avait été le premier arrivé et avait été témoin de tout, était le mieux qualifié pour raconter le passé afin de deviner le futur?
    La meilleure façon de tout raconter était un rapport d’Enki lui-même écrit à la première personne. Il ne fait aucun doute qu’il a rédigé son autobiographie. Un long texte (s’étendant sur au moins douze tablettes) découvert dans la bibliothèque de Nippur cite ces paroles d’Enki: Bientôt la Terre, largement inondée. J’approche ses prairies verdoyantes, Je demande à ce que des monts soient érigés. Dans un lieu pur je construis ma maison, et je lui donne le nom qui lui sied.
    Ce long texte se poursuit par une description des tâches assignées par Ea/Enki à ses lieutenants pour mettre en marche la Mission Terre. De nombreux autres textes portant sur divers aspects du rôle d’Enki dans les événements qui vont suivre permettent de compléter son récit. Ils comprennent notamment une cosmogonie, une Épopée de la Création qui repose sur le récit d’Enki lui-même et que les spécialistes appellent la Genèse d’Eridu. Ils comprennent des descriptions détaillées de la création de l’Adam.
    Ils décrivent la façon dont d’autres Anunnakis et Anunnakies vinrent à Enki dans sa ville d’Eridu pour obtenir de lui le ME, une sorte de disquette où tous les aspects de la civilisation étaient codés. Ils comprennent des textes sur la vie privée d’Enki et ses problèmes personnels, comme le récit de sa tentative de concevoir un fils avec sa demisœur Ninharsag, ses aventures avec déesses et filles de l’homme, et leurs conséquences imprévues.
    Le texte de l’Atra Hasis montre comment Anu s’est efforcé d’éviter que les rivalités entre Enki et Enlil s’intensifient, en partageant les domaines terrestres entre eux. D’autre part, les textes qui décrivent les événements ayant précédé le déluge rapportent pour ainsi dire mot pour mot les débats qui ont eu lieu lors du Conseil des dieux au sujet du sort de l’Humanité, mais aussi le subterfuge d’Enki, l’arche de Noé. Ce récit n’était connu qu’à travers la Bible, jusqu’à ce que l’une de ses versions originales mésopotamiennes soit découverte dans les tablettes de l’Épopée de Gilgamesh.
    Les principale sources écrites relatant les affaires des dieux et des hommes sont :

    • Tablettes d’argile sumériennes
      [/*]
    • Tablettes d’argile akkadiennes
      [/*]
    • librairies des temples babyloniens
      [/*]
    • librairies des temples assyriens
      [/*]
    • « mythes » égyptiens
      [/*]
    • « mythes » hittites
      [/*]
    • « mythes » cananéens
      [/*]
    • récits bibliques[/*]


    Zecharia Sitchin
    Pour la toute première fois, ces documents dispersés et fragmentés ont été rassemblés par Zecharia Sitchin pour recréer le récit d’Enki en tant que témoin: les mémoires autobiographiques et les prophéties d’un dieu extraterrestre.
    Présenté sous la forme d’un texte dicté par Enki à un scribe élu, ce Livre témoin destiné à être révélé le moment venu évoque les instructions données par Yahvé au prophète Isaïe (VIIe siècle av. J.-C.):
    "Maintenant va, écris-le sur une tablette, grave-le dans un livre, que ce soit un témoignage pour toujours et à jamais"
    Isaïe 30, 8 En étudiant le passé, Enki lui-même avait entrevu le futur.
    La notion que les Anunnakis, faisant usage de leur libre arbitre, étaient maîtres de leur propre sort (ainsi que du sort de l’Humanité) a finalement cédé la place à la prise de conscience du fait que c’était la Destinée qui déterminait le cours des événements, et non les paroles ou les actions des Anunnakis. Ainsi, comme l’ont annoncé les prophètes hébreux, "les Premiers seront les Derniers". Les événements décrits par Enki peuvent donc donner naissance à des prophéties. Le Passé sera le Futur.
    https://www.macroeditions.com/blog/nouvelle-sagesse/14-tablettes-enki-et-le-futur-de-lhumanite


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:28


    Adam et Ève

    Focus Textes. Adam et Ève, des dieux mésopotamiens ?
    Jérémy André - publié le 30/10/2017


    Sur une terre paradisiaque à la végétation luxuriante, un homme et une femme furent poussés à des relations charnelles par les conseils funestes d'un serpent. Leur idylle s'en trouva brisée. Ainsi apparurent la maladie et la mort. Cela vous rappelle quelque chose ? Il ne s'agit pourtant pas d'Adam et Ève, mais d'Enki et Ninhursag, deux divinités sumériennes. 


    Leur légende nous est narrée par des tablettes cunéiformes retrouvées entre 1889 et 1900 à Ur, puissante cité de la basse Mésopotamie du IIIe millénaire avant notre ère. Les monothéismes modernes ont longtemps cru à l'originalité absolue du récit de la création de l'homme dans la Genèse. 

    Or, ce récit procède en fait de la réécriture d'un fonds polythéiste dans lequel baignaient les anciens Hébreux, tout particulièrement après leur déportation à Babylone, en 586 avant notre ère.

    Chaque élément du texte hébraïque possède ainsi son équivalent dans un mythe de Mésopotamie. La confection de l'homme à partir d'argile, le fruit défendu, la chute du paradis ? Dans la suite des tablettes d'Enki et Ninhursag, le premier homme, Adapa, est créé d'un mélange de boue et de sang. 


    Plus tard, Adapa est convoqué par le roi des dieux, Anu, et se voit proposer une nourriture qui le rendrait éternel. Trompé par Enki, Adapa refuse et est renvoyé sur terre.

    Un plagiat ?
    D'autres similarités se retrouvent dans le mythe d'Atrahasis (ou Le Poème du Supersage, compilation sur la Création et le déluge du XVIIIe siècle avant notre ère), l'Épopée de la Création (une nouvelle version du XIIe siècle avant notre ère), l'Épopée de Gilgamesh (XVIIe siècle avant notre ère)... De là à dire que les Hébreux ne furent que des plagiaires ? Au contraire, car la Bible innove radicalement. Elle pose les cadres du monothéisme, de cette relation directe entre l'Homme et Dieu. Les éléments de l'univers ne sont plus...

    http://www.lemondedesreligions.fr/papier/2017/86/focus-textes-adam-et-eve-des-dieux-mesopotamiens-30-10-2017-6757_238.php


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:31

    « Moise a peut-être puisé ses renseignements dans des sources
    histo­riques plus anciennes. »


    Légende reprise par la bible

    ISIS entend parler de l’odeur qui s’échappait du tronc alors qu’on le coupait. Elle en comprend aussitôt la signification et se rend en Phénicie où on lui remet la colonne prodigieuse. Elle ouvre la colonne de bois et en retire le cercueil de son époux qu’elle arrose de ses larmes. Elle le ramène en Egypte et le cache au fonds des marais afin que Seth ignore que le corps ait été retrouvé, mais au cours d’une chasse, ce dernier découvre le coffre. Furieux qu’OSIRIS soit encore entier malgré le temps écoulé, il décide d’en découper le cadavre en quatorze morceaux qu’il disperse à travers le pays.

    Légende reprise par la Thora :  Un Lévite inconnu Viol collectif, homosexualité et démembrement

    Juges 19 25 Ces gens ne voulurent point l'écouter. Alors l'homme prit sa concubine, et la leur amena dehors. Ils la connurent, et ils abusèrent d'elle toute la nuit jusqu'au matin; puis ils la renvoyèrent au lever de l'aurore. 26 Vers le matin, cette femme alla tomber à l'entrée de la maison de l'homme chez qui était son mari, et elle resta là jusqu'au jour. 27 Et le matin, son mari se leva, ouvrit la porte de la maison, et sortit pour continuer son chemin. Mais voici, la femme, sa concubine, était étendue à l'entrée de la maison, les mains sur le seuil. 28 Il lui dit: Lève-toi, et allons-nous-en. Elle ne répondit pas. Alors le mari la mit sur un âne, et partit pour aller dans sa demeure. 29 Arrivé chez lui, il prit un couteau, saisit sa concubine, et la coupa membre par membre en douze morceaux, qu'il envoya dans tout le territoire d'Israël.


    Elle le ramène en Egypte et le cache au fonds des marais afin que Seth.

    Genèse 5.3 À l’âge de 130 ans, Adam eut un fils à sa ressemblance, à son image, et il l’appela Seth.


    Seth (de l'égyptien Setesh / Soutekh) est l'une des plus anciennes divinités égyptiennes. Sa représentation, au museau effilé et aux oreilles dressées mais tronquées, est une composition hybride née de l'imaginaire des Égyptiens des temps prédynastiques.

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Kv8r

    Moïse est à Goshen en Egypte vers 1200 avant J-C.


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:37

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Wiqt

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Zabg

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 39om


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:39

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 1tv7

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Yw14

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 N4ij

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 8l9f


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:42

    Les secrets de l'Exode. L'origine égyptienne des Hébreux 

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 9782865531400-475x500-1

    Résumé
    Peu après la disparition d'Akhenaton, le pharaon adorateur d'Aton, vers 1344 av. J.C., sa capitale Akhet-Aton, l'actuelle Tell el-Amarna, est désertée. C'est la fin du monothéisme en Egypte. Ce n'est pas pour autant la fin du Dieu unique

    Messod et Roger Sabbah, deux chercheurs hébraïsants, ont découvert après vingt ans d'études le message caché de la Bible : le peuple Hébreu, celui de l'Exode, celui dont on ne trouve aucune trace dans l'Egypte historique, n'est autre que la population d'Akhet-Aton chassée par le Grand Vizir, qui régna peu après Toutankhamon sous le nom de pharaon Aï. Déportés en Canaan, province égyptienne située à quinze jours de marche de la vallée du Nil, les prêtres et les notables monothéistes fondent, quarante années après la campagne militaire de Toutankhamon, le royaume de Yahouda (la Judée).

    Messod et Roger Sabbah découvrent de troublantes analogies entre l'alphabet hébreu et l'écriture hiéroglyphique, entre la Genèse et la cosmologie égyptienne. Ils montrent que les noms des personnages de la Bible, Abraham, Moïse, Aaron, Josué, Sarah, Laban, dissimulent les noms et les titres royaux des pharaons de la XVIIe dynastie. 

    Ils retrouvent transcrit le nom d'Akhenaton dans la Bible, notamment grâce à l'histoire de l'ânesse de Balaam qui proclame : "Anokhi Atone-Kha", ce qui veut dire : "Je suis ton Dieu Aton", qui deviendra "Anokhi Adonaï", Je suis l'Eternel ton Dieu".

    Grâce à la Bible, la quintessence de la sagesse égyptienne est parvenue jusqu'à nous, portée par la tradition orale de ceux qui se firent appeler les Hébreux.


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Lun 18 Juil 2022 - 18:44

    PAS DE TRACES D’ABRAHAM, MOÏSE, JOSEPH EN ÉGYPTE 

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 IMG-20200614-WA0333-720x620

    La connaissance réelle de l’histoire de l’ancienne Egypte permet d’en retirer de nombreux éclaircissements scientifiques modernes mais également de comprendre l’origine des textes abrahamiques dont les protagonistes auraient soi-disant tous sejourné sur cette terre,

    Cependant, bien qu’une grande partie de leurs récits se passe en ancienne Egypte, on ne trouve aucune trace d’Abraham, de Joseph, de Moïse ou de qui que ce soit d’autre, c’est pourquoi pour les archéologues, tous ces personnages n’ont jamais existé puisqu’il n’y a aucune preuve nulle part de leur présence, même dans les lieux décrits dans la Genèse et dans l’Exode

    • En revanche, les historiens et les archeologues assimilent les soi-disant Hébreux aux Apiru ou Abirous, ou encore aux Shasous autrement dit à des envahisseurs hyksos mais dans tout les cas à des peuples de semi-nomades bédouins qui vivaient en marge de la société égyptienne.
      Il n’existe non plus, aucune trace scientifique et archéologique de la sortie des Hébreux d’Egypte telle qu’elle est racontée dans la Bible, les chercheurs se sont plutôt aperçus que cet événement correspond seulement à l’expulsion des habitants de la ville du renégat Akhenaton peu après sa disparition notamment lorsque vers -1344 sa capitale, Akhet-Aton, (l’actuelle Tell el-Amarna), sera vidée de tous ses citadins, sur ordre du futur roi Aï, qui régnera peu après Toutankhamon.

    Ainsi, les habitants d’Akhet-Aton expulsés en Canaan une province située à dix jours de marche de la vallée du Nil, ne s’appelaient pas les Hébreux mais les Yahouds (adorateurs), où les prêtres et les notables fondèrent, quarante années après la campagne militaire de Toutankhamon, le royaume de Yahouda (la Judée), dans lequel des lettres de l’alphabet hébraïque sous forme de hiéroglyphes ont été retrouvées et dont la comparaison a permis à des chercheurs en theologie de décrypter la Genèse juive, qui reproduit trait pour trait la cosmogonie égyptienne.

    C’est pourquoi lorsque l’on regarde attentivement l’épisode de la sortie d’Egypte à partir du coup d’état d’Akhenaton, celle-ci se déroule comme ceci 

    – L’Exode de la capitale Akhet-Aton, ordonné par roi Aï, décrit par le fameux passage de la mer des Roseaux, est en fait une image traditionnelle de la mythologie égyptienne, représentant l’océan primordial séparé en deux par le Roi

    – Les quarante années dans le désert s’intercalent exactement entre les deux campagnes militaires de Toutankhamon et de Séthy 1er.

    – Les quarante ans suivant, l’expédition militaire de Séthy Ier, seront transformés en la campagne militaire de Josué.

    Même l’histoire d’Abraham est tirée en grande partie de l’exode d’Akhenaton dont le récit biblique respecte non seulement l’ordre chronologique des faits qui ont marqué son existence mais qui traduit également sa vie et son action en parfait accord avec l’égyptologie:

    La rupture d’Akhenaton avec le culte originel = La rupture d’Abraham avec le polytheïsme paternel

    La beauté de Nefertiti = la beauté de Sarah

    Akhenaton brise les idoles de son père = Abraham brise les idoles de son père

    Les intrigues entre les épouses d’Akhenaton; Nefertiti et Kyia = les intrigues entre les épouses d’Abraham ; Sarah et Agar
     Etc..

    Voilà comment la sagesse et la spiritualité de la vallée du Nil est parvenue jusqu’à nous par la tradition orale de ces yahouds qui seront arbitrairement appeler Hébreux  par la litterature biblique.

    Source: «les secrets de l’Exode» de Messod et Roger Sabbah

    https://www.coupsfrancs.com/pas-de-traces-dabraham-moise-joseph-en-egypte/


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Ex-témoin de la watch
    Ex-témoin de la watch
    Membre - Actif
    Membre - Actif


    Sexe : Masculin ***
    Messages : 1676
    Date d'inscription : 03/09/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Ex-témoin de la watch Mar 31 Oct 2023 - 19:57

    -
    La Bible a-t-elle copié certains de ses récits d’autres mythes et légendes ?
    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Print
    Réponse

    Beaucoup de récits bibliques ressemblent de manière surprenante aux mythes et légendes d’autres religions. Dans cet article, nous en étudierons deux exemples.

    Il y a d’abord le récit de la Chute de l’humanité en Genèse 3 et la légende grecque de la boîte de Pandore. Les différences de détails sont telles que le lien est difficile à établir. 

    Pourtant, il s’agit peut-être de références au même événement historique. Les deux récits racontent comment la première femme a apporté le péché, la maladie et la souffrance dans un monde auparavant édénique et se terminent sur un message d’espérance : l’espoir d’un Sauveur à venir dans la Genèse et l’« espoir » sorti de la boîte tout à la fin de la légende de Pandore.

    Comme les nombreuses légendes du monde entier évoquant un déluge, l’histoire de la boîte de Pandore est un exemple de parallèle entre la Bible et la mythologie païenne, tout simplement dû à leur fond historique commun. Ce fond historique a été préservé dans le récit biblique comme dans des allégories poétiques comme la légende de Pandore, dont beaucoup de variantes existent sans que les vérités au cœur du récit ne changent. Ces ressemblances ne veulent pas dire qu’un des récits ait été copié sur l’autre, mais que tous deux sont fondés sur le même événement historique.

    Il y a aussi eu des emprunts, mais dans ces cas, la Bible était la source, pas les mythes païens (malgré les revendications pseudo-universitaires allant dans le sens contraire). 

    On peut prendre pour exemple le récit de la naissance de Sargon : d’après la légende, il a été mis dans une corbeille de roseau et déposé sur le fleuve par sa mère, puis sauvé par Aqqi, qui l’a adopté comme son fils. Cela ne vous rappelle-t-il pas l’histoire de Moïse en Exode 2 ? Sargon a vécu 800 ans environ avant la naissance de Moïse, donc l’histoire de Moïse doit être inspirée de la sienne, non ?

    Cela semble raisonnable à première vue, mais la vie de Sargon nous est connue essentiellement par des légendes écrites plusieurs siècles après sa mort. Très peu de sources contemporaines à sa vie subsistent. La légende de son enfance figure sur deux tablettes cunéiformes du 7ème Siècle (de la bibliothèque du roi assyrien Assurbanipal, qui a régné de 668 à 627 av. J.-C.), qui ont été rédigées plusieurs siècles après le livre de l’Exode. S’il y a eu emprunt, c’est dont plutôt la légende de Sargon qui s’est inspirée de l’histoire de Moïse racontée dans l’Exode.

    La Bible est claire sur ses origines : différents hommes ont mis ses mots par écrit, mais son véritable auteur est le Saint-Esprit de Dieu. 2 Timothée 3.16-17 dit que les Écritures sont inspirées de Dieu. Qu’est-ce que cela veut dire ? L’expression littérale est « soufflées de Dieu » : Dieu les a écrites, préservées à travers les siècles, il vit dans leurs pages et sa puissance se manifeste dans nos vies à travers elle.

    https://www.gotquestions.org/Francais/Bible-mythes.html


    _________________________________________________________________________________________________________
    Tout ce que vous avez dit en secret sera crié sur les toits en terrasse - Luc 13:3. C'est bien ce qui se passe avec internet depuis une bonne dizaine d'années
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3188
    Date d'inscription : 08/02/2021

    Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque » - Page 3 Empty Re: Les mensonges de la Watchtower« Qui a écrit le Pentateuque »

    Message  Mikaël Malik Ven 15 Mar 2024 - 12:24

    .

    La watch, sans le dire vraiment, reconnaît que la Bible a été retouchée, et qu'elle a subi des ajouts ! Evidemment, le sujet sur le jeûne est un pic directement lancé contre le jeûne du Ramadan qui vient de commencer, c'est comme quand la watch vente les bienfaits du thé et du café c'est aussi un pic directement lancé contre les mormons dont elle jalouse le nombre de membres, environ le double, et sa fortune. J'espère que vous l'aurez compris.

    Idées reçues concernant le point de vue de la Bible sur le jeûne

     Idée reçue : L’apôtre Paul a recommandé aux couples mariés de jeûner (1 Corinthiens 7:5Segond 21).

     Réalité : La mention du jeûne en 1 Corinthiens 7:5 ne figure pas dans les manuscrits bibliques les plus anciens b. Il s’agit manifestement d’un ajout fait par certains copistes, non seulement dans ce verset, mais également en Matthieu 17:21, en Marc 9:29 et en Actes 10:30. La plupart des traductions bibliques modernes omettent ces mentions apocryphes du jeûne.


    https://www.jw.org/fr/la-bible-et-vous/questions-bibliques/bible-jeune-chretien/

    Un ajout est une falsification mais, jamais la watch ne le reconnaîtra, car la question se poserait : qu'est-ce qui a encore été ajouté ou retiré de la Bible ?


    ciaoooo


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -

      La date/heure actuelle est Mer 29 Mai 2024 - 23:47