Forum des Religions - Les Origines

La Tour de Babel :: l'origine de l'empire mondial des religions

2 participants

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Mar 4 Mai 2021 - 9:23

    Rappel du premier message :

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    COMMISSION D'ISRAËL


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Horowitz2CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Horowitz



     Ầ propos du

    Pasteur CHARLES TAZE RUSSELL


    « David Horowitz présente le rapport précis concernant les convictions et les œuvres remarquables de Charles Taze Russell. [size=120]Une reconnaissance du rôle important du Pasteur Russell en tant que défenseur précurseur chrétien américain du Sionisme est[/size]
    attendue depuis longtemps. Mr Horowitz a rendu un service admirable en remettant à la connaissance du public l’histoire de cet important sioniste chrétien 

                                           

    Benjamin Netanyahu

                               Ambassadeur d’Israël à l’O.N.U. 



    BIBLIOTHÈQUE PHILOSOPHIQUE

    West 57 th Street New York, N.Y.
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Mar 4 Mai 2021 - 9:35

    LES ÉVÉNEMENTS JUSTIFIENT LE PASTEUR RUSSELL


    Récemment, ma femme et moi-même, nous tombâmes sur votre article dans le numéro de B'nai B'rith Messenger, du 15 janvier, intitulé "Le fondateur de The Watch Tower a salué le sionisme, mais ceux qui l'ont suivi ne le font pas." Nous avons été surpris (très agréablement !). peut-être parce que nous supposions que seuls les Étudiants de la Bible qui sont toujours d'accord avec les enseignements du pasteur RUSSELL concernant les Juifs et la prophétie, connaîtraient la réunion de l'Hippodrome en 1910. Votre description abrège les années et rend cet événement très actuel !

    Nous sommes des Étudiants de la Bible pleinement persuadés, d'après notre étude des Écritures, que ce que nous voyons s'accomplir en Israël est un prélude à l'accomplissement de la promesse de Dieu faite à Abraham. "J'ai juré par moi-même, dit l'Éternel... En ta postérité toutes les nations de la terre seront bénies..." (Genèse 22: 15 à 18).

    En vérité, les "Témoins de Jéhovah" ont perdu de vue cette vérité biblique si clairement présentée par le pasteur C. T. RUSSELL, même si dans les années qui ont suivi sa mort, les événements dramatiques qui ont entouré le peuple juif justifient sûrement sa compréhension des prophètes hébreux, à savoir, que Dieu rassemble Son peuple Israël dans la terre qu'Il leur a promise...

    Sincèrement vôtres — S. et Y. S.


    CONCERNANT LE "FONDATEUR" (?) DES TÉMOINS DE JÉHOVAH
    Par Théodore A. Smith (Bellingham, Washington)


    Le numéro du United lsrael Bulletin de mars 1971 contenait plusieurs articles intéressants concernant feu le pasteur RUSSELL, un croyant ferme dans les prophéties concernant le rétablissement d'Israël dans sa patrie. C'est un vulgaire mensonge de déclarer que le pasteur RUSSELL aurait été le fondateur des "Témoins de Jéhovah", et il ne faut pas s'en étonner, puisque ce sont les "Témoins de Jéhovah" eux-mêmes qui le déclarent ainsi.

    Voici les faits exacts : le pasteur RUSSELL fut le fondateur d'une organisation d'affaires connue sous le nom de Watch Tower Bible and Tract Society [La Tour de Garde — Société de Bibles et de Traités]. Le pasteur lui-même mourut le 31 octobre 1916. Peu après cette date, M. Joseph Rutherford devint le Président de l'organisation, et il déclara avoir une grande admiration pour le pasteur RUSSELL et indiqua qu'il continuerait son travail et ses enseignements.

    à la grande douleur et au grand chagrin de beaucoup, le nouveau président changea évidemment son idée, car bientôt nombre des enseignements du pasteur RUSSELL furent mis de côté, remplacés par de nouveaux enseignements du Juge Rutherford.

    Ce fut un certain nombre d'années après la mort du pasteur [15 ans] que fut adopté le nom "Témoins de Jéhovah". à cause de ceci et de nombreux autres faits en rapport mentionnés ci-dessus, il devrait être évident pour n'importe quel esprit raisonnable qu'il n'est pas correct de dire que le pasteur RUSSELL fut le fondateur des "Témoins de Jéhovah". Le pasteur RUSSELL fut le fondateur de The Watch Tower Bible and Tract Society, mais sûrement pas le fondateur des "Témoins de Jéhovah".

    Les Juifs eux-mêmes sont des Témoins de Jéhovah. Au temps convenable, selon la prophétie, Jérusalem sera la capitale du monde, et Abraham, Isaac, Jacob, Moïse et d'autres "Anciens Dignes" seront ressuscités et formeront le noyau du Royaume de Dieu sur la terre. Telle fut la compréhension du pasteur RUSSELL d'après ses études des prophéties, et c'est ainsi qu'il l'enseigna durant son long ministère.
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Mar 4 Mai 2021 - 9:35

    LA GRANDE PYRAMIDE UNE PRÉDICTION FAITE PAR LE PASTEUR RUSSELL
    [Tiré de  "The Kingdom Digest"]

    Le pasteur Charles T. RUSSELL naquit à Allegheny (Pittsburgh), Pennsylvanie, le 16 février 1852, et mourut dans un train de Santa Fe, dans la partie étroite du Texas, le 31 octobre 1916, alors qu'il voyageait de Los Angeles à New York. Il prêcha l'Évangile dans le monde entier, tandis que son livre le plus célèbre, le "Divin Plan des Âges", atteignit un chiffre énorme de plusieurs millions d'exemplaires et fut traduit dans plus de vingt langues.

    Dans son ouvrage "Que ton règne vienne", page 376 (p. 415   —   éd. fr. 1954), le pasteur RUSSELL écrivit les paroles suivantes concernant la Grande Pyramide : "Les pierres mêmes de cette Grande Pyramide du Témoignage crient avec force. Chaque parcelle de cette construction massive proclame éloquemment la sagesse, la puissance et la grâce de notre Dieu. Profondément fixés dans ce solide monument de pierre, à l'abri des orages naturels ou de la main sans pitié du destructeur, les grandes lignes du grand plan de Dieu ont, depuis quatre mille ans, résisté, prêtes à rendre leur témoignage au temps marqué, en confirmation de celui de la sûre Parole prophétique, cachée pendant des siècles et révélée d'une manière analogue. Le témoignage de ce  "Témoin de l'Éternel au pays d'Égypte", comme celui de la Parole écrite, annonce avec une précision solennelle et parfaite l'effondrement final de l'ancien ordre de choses dans la "Fosse" de l'oubli, et l'établissement glorieux du nouvel ordre de choses sous Christ Jésus, la Grande Pierre principale angulaire de l'édifice éternel de Dieu, en conformité avec les glorieux traits de caractère desquels toutes les choses dignes de l'existence éternelle doivent être édifiées sous Lui."

    Dans le même ouvrage (p. 330   —   p. 364 en français), le pasteur RUSSELL résume la révélation entière de la Grande Pyramide en ces termes : "Si le témoignage de l'extérieur de ce grand édifice est ainsi complet et en accord avec la Parole écrite de Dieu, la conformation intérieure en est plus merveilleuse encore. Alors que la structure extérieure illustre les résultats définitifs du Plan de Rédemption de Dieu, la construction intérieure trace et illustre chaque point saillant de ce plan, tel qu'il s'est développé au cours des âges jusqu'à sa consommation glorieuse et complète."

    Le pasteur RUSSELL maintint cette opinion jusqu'au jour de sa mort, car dans le même mois où il mourut (en octobre 1916), il écrivit dans sa nouvelle préface de [l'ouvrage] "Que Ton Règne Vienne" : « La Grande Pyramide d'Égypte expliquée dans ce volume n'a rien perdu de son intérêt pour l'auteur... Sa merveilleuse corroboration du Divin Plan des Âges est étonnante pour quiconque la saisit vraiment."

    Également dans "Que ton règne vienne", le pasteur RUSSELL, en 1890, fit la déclaration suivante à la page 319 (p. 352   —   éd. fr.) concernant la Grande Pyramide : "Ce "Témoin" de l'Éternel dans le pays d'Égypte rendra un témoignage tout à l'honneur de Jéhovah [L'éternel], et confirmera en tous points sa Parole écrite. Nous avons ainsi voulu présenter ce "Témoin", parce que l'inspiration de son témoignage sera sans doute aussi contestée que celle des écritures par le prince des ténèbres, le dieu de ce monde, et par ceux qu'il a aveuglés afin qu'ils ne vissent pas la vérité."

    Cette prédiction remarquable faite par le pasteur RUSSELL a été accomplie d'une manière frappante dans les publications de la secte qui s'appelle elle-même les "Témoins de Jéhovah", fondée par le Juge Joseph F. Rutherford, ainsi que le montre l'extrait suivant de leurs écrits :  "Il est certain que la Pyramide de Gizeh ne fut pas construite pas Jéhovah Dieu ; ni qu'elle fut construite sur Son ordre... C'est le Diable lui-même qui a surveillé la construction de le Pyramide de Gizeh" (The Watchtower du 15 novembre 1928).

    Concernant la Grande Pyramide, le pasteur RUSSELL écrivit également, [dans] "Que Ton Règne Vienne", page 321 (p. 359   —   éd. fr.) : "Cet édifice confondra encore la sagesse des sages, car c'est un "Témoin" pour l'Éternel des armées".

    Quel contraste entre ceci et la prétention du Juge Rutherford et de ses "Témoins de Jéhovah" ! Le pasteur RUSSELL a enseigné que la Grande Pyramide révèle l'élimination ultime de tout mal de cette planète et révèle que la volonté de Dieu sera faite sur la terre comme elle est faite au Ciel. Aussi demandons-nous : le Diable aurait-il décidé ou surveillé la construction d'un monument colossal pour montrer sa défaite personnelle complète, l'échec définitif de tous ses méchants plans, et le triomphe universel ultime de Christ ?

    En vérité, la théorie des "Témoins de Jéhovah" est la théorie la plus absurde sur la Grande Pyramide qui ait jamais été présentée par l'homme, et, comme le pasteur RUSSELL a déclaré que cela arriverait, ils ont été aveuglés [quant] à la Vérité par le "prince des ténèbres", "le dieu de ce monde".

    (Bible Standard N° 429)
    Invité  

    Haut
    Ex-témoin de la watch
    Ex-témoin de la watch
    Membre - Actif
    Membre - Actif


    Sexe : Masculin ***
    Messages : 1629
    Date d'inscription : 03/09/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Ex-témoin de la watch Mar 16 Mai 2023 - 16:43

    Les Témoins de Jéhovah et le sionisme
    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 FYGgs7zxgKceTnu0XgWwUx0MNT8iIC77_rUYityeNkduJWwa5q2-I9VxEv2LqQJcwE9ACuIZyw=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    David Décroyance : commentaires sur doctrines TJ



    11 mai 2023


    Quels sont les positions des TJ en rapport avec l'Israël moderne ?




    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 FYGgs7zxgKceTnu0XgWwUx0MNT8iIC77_rUYityeNkduJWwa5q2-I9VxEv2LqQJcwE9ACuIZyw=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj
    Épinglé par David Décroyance : commentaires sur doctrines TJ
    @extjfr
    La lumière va-t-elle croissant ou chocolatine ?



    LOOOOL


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 V_58FedehTuQOTmGJn33xUiyplV_bG57Q-MMtvFNsQHvHyGMP6tbQTwOp3SUlxlMPr1Q7z_W=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    @veillez_org

    Si de tout temps, les mouvements géopolitiques ont profité aux sectes en tout genre, l'antisémitisme a malheureusement conduit à bon nombre d'inversions, dont la naissance du mouvement sioniste. Depuis l'époque de Charles Taze Russell, la société Watchtower a exploité ce phénomène nationaliste jusqu'en 1932, sous une forme apocalyptique remaniée. Cette idée nationaliste, se retrouvait déjà entre autres dans les magazines adventistes « The Midnight Cry and Herald of the Morning », à l'époque de l'association de Charles Taze Russell avec Nelson Homer Barbour, etc.


    _________________________________________________________________________________________________________
    Tout ce que vous avez dit en secret sera crié sur les toits en terrasse - Luc 13:3. C'est bien ce qui se passe avec internet depuis une bonne dizaine d'années
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 27 Oct 2023 - 12:27

    ***

     
    UN AVOCAT PRECURSEUR ET FERME DU SIONISME
    UN DEFENSEUR CAPABLE ET ZELE DU PEUPLE JUIF
     
    CHARLES TAZE RUSSELL




    Le passé biblique étant le garant de l'avenir, nous pensons
    que ce rappel donné ci-après intéressera tous nos lecteurs.

    De plus en plus, bien qu'il soit encore trop ignoré du peuple juif, le nom de l'un de ses meilleurs amis, Charles Taze RUSSELL [1852-1916], vient prendre sa place dans la galerie des plus ardents défenseurs d'ISRAËL et du SIONISME dont il fut l'un des précurseurs chrétiens. C'est grâce à ses écrits que les membres de la COMMISSION D'ISRAËL du MOUVEMENT MISSIONNAIRE INTÉRIEUR LAÏQUE, peuvent accomplir le travail de réconfort envers le peuple juif, résumé en Ésaïe 40 : 1, 2 « Consolez, consolez mon peuple », et rappeler, spécialement devant les non-Juifs, les droits légitimes du peuple juif sur SA terre. Ces chrétiens laïcs, en dehors de toute dénomination, officielle ou occulte, suivent la ligne de conduite de C.T. RUSSELL ; nous allons donner un résumé très bref de son œuvre à ce sujet, car des volumes seraient nécessaires pour rappeler tout ce qu'a écrit C.T. RUSSELL sur les Juifs, ERETZ ISRAËL (ou la PALESTINE de son temps) et particulièrement sur le SIONISME.


    Ce qu'il y a de remarquable dans l’œuvre de RUSSELL en faveur des Juifs, c'est qu'elle s'est accomplie en majeure partie devant des non-Juifs ; tous ses écrits en faveur des Juifs et du Sionisme le prouvent spécialement, ses six volumes des Études dans les Écritures, vendus dans le monde entier à plus de 16 000 000 d'exemplaires, ainsi que sa revue bi-mensuelle « LA TOUR DE GARDE DE SION » [appelée ci-après T.d.G.]. Ses ouvrages furent traduits en plus de 19 langues. Un autre périodique très favorable, qui diffusa une série de 12 articles sur ISRAËL sous le titre « LE PEUPLE CHOISI DE DIEU », fut « THE OVERLAND MONTHLY » [Le Mensuel des Étudiants de la Bible] qui parut en 35 langues, avec une impression totale de 50 000 000 d'exemplaires.


    En outre, des sermons hebdomadaires en faveur des Juifs et du Sionisme et d'autres sujets furent très largement diffusés aux E.U.A. et à l'étranger en diverses langues dans les journa
    ux. En donnant un compte-rendu des activités en 1910 dans la T. de G. du 15 décembre 1910 (Reprints 4727), il dit, entre autres choses :
    « L'ŒUVRE AVEC LES JOURNAUX »
    « Plus de mille journaux aux États-Unis et au Canada publient maintenant nos sermons et nos Études hebdomadaires de la Bible. La circulation de ces journaux varie entre 2 500 et 300 000 par numéro. Le syndicat qui s'occupe de l'affaire nous assure ainsi que ces présentations hebdomadaires de la Vérité pénètrent au moins dans dix millions de foyers ».


    « DIE STIMME [LA VOIX] AUX JUIFS »
    « Le Message de Dieu aux Juifs est entendu de tous côtés dans le monde. Non seulement plusieurs de nos sermons aux Juifs ont été publiés dans la mesure de 107 600 exemplaires dans des journaux juifs de langue anglaise, mais dans 655 000 exemplaires de journaux en Yiddish en plus des 325 000 exemplaires de  « Die Stimme  » [en Yid­dish]. Nous apprenons que ceux-ci ont été republiés en Russie, et ailleurs ».


    Dans un livre sur La Vie, les Œuvres et le Caractère de C. T. RUSSELL, intitulé Le Messager de Laodicée, nous lisons : « Le résultat de cette  « Campagne de journaux  » étant que environ 4 000 journaux et périodiques, à un moment ou à un autre, ont publié les sermons du Pasteur Russell ; à un certain moment, 2 000 le firent. On estime qu'il a ainsi prêché à 15 000 000 ou 20 000 000 de personnes par semaine ! En se basant sur ces faits, une publication, hostile à la Vérité, déclara une fois : On dit que les écrits du Pasteur Russell ont une circulation, chaque semaine dans la presse, plus importante que celle de tout autre homme vivant ; plus importante, sans doute, que la circulation combinée de tous les prêtres et prédicateurs de l'Amérique du Nord, même que le travail de Arthur Brisbane, Norman Hapgood, George Horace Lorimer, du Dr Frank Crane, Frédérik Haskins, et d'une douzaine d'autres auteurs et rédacteurs de syndicat les plus connus réunis ».
    Convaincu que, pour accomplir sa mission, le Juif doit demeurer Juif, C. T. RUSSELL refusa toute union ou démarche pouvant laisser penser à du prosélytisme envers le peuple juif. Un simple coup d’œil sur les Index topiques de ses ouvrages prouve l'intérêt que C. T. RUSSELL apporta, non seulement au peuple juif, mais au Sionisme politique. Une lecture des articles qui parurent dans la T.D.G. à partir de sa création jusqu'à la mort de C. T. Russell le 31 octobre 1916 permet de suivre le développement du Sionisme à travers les extraits et citations de journaux provenant de toutes les parties du monde, et grâce à son analyse pénétrante en accord avec les Écritures. Il déclare lui-même en Zion's Watch Tower (que nous désignerons ensuite par W.T.) (R - Reprints, 93 ; Réimpression en anglais — Trad.) d'avril 1880 sous le titre : « NOTRE AUTORITÉ » :


    Certains faits, que nous avons mentionnés dans notre dernier numéro, relatifs au retour des Juifs, semblent indiquer de façon si absolue l'accomplissement des prophéties se rapportant à leur retour, que certaines personnes semblent disposées à mettre en cause la fiabilité de nos informations. Fr. H. A. King écrit : « Qu'est-ce qui vous autorise à dire que la Russie a décrété des lois contraignant les Juifs à quitter ce pays ? » (La particularité qui était relevée montrait qu'au moment même où Il avait ouvert l'accès en Palestine, afin que le Juif pût y retourner et jouir d'une certaine mesure de liberté, Dieu les contraignait à quitter la Russie où vit près d'un tiers de l'ensemble de ce peuple). Nous répondons, à l'instar de Brok, que nous tirons notre autorité de la presse qui constitue certainement un témoin impartial ; par exemple, nous extrayons du Pittsburg Dispatch de ce jour (29 mars 1880) ce qui suit :


    « Au lieu des concessions attendues avec l'anniversaire de l'accession du Tsar au trône, en ce qui concerne la position des Juifs, on assiste à une sévérité accrue. Les Juifs sont conduits à se présenter comme chrétiens protestants, pour éviter d'être expulsés de St. Pétersbourg. Dans les gouvernements de Tula, Orel et Kharkov, des Juifs, qui y exercent une activité depuis de nombreuses années, sont expulsés sans ménagement ».


    Nous reviendrons sur l'article ayant suscité cette mise au point.


    Dans sa première brochure parue en 1877 et s'adressant à des chrétiens, C. T. Russell écrivait : « Nous lisons au sujet du rétablissement d'Israël et des autres nations en Jérémie, Esaïe et autres prophètes et aussi au sujet de la terre rétablie à sa beauté édénique, quand le désert fleurira comme la rose... En Ezéch. 39 : 21-29, Dieu montre comment la maison d'Israël est allée en captivité à cause de son iniquité :... et ils sont tombés par l'épée (v. 23) mais Il promit de ramener toute la maison dans leur propre pays (nous mettons en italique) ». Parlant ensuite du rassemblement comme étant accompli, Il dit : « et que je les aurai rassemblés dans leur terre, et que je n'en aurai laissé là aucun de reste (v. 28) ». 


    En outre, C. T. Russell appuya constamment ses explications avec des passages de ce que l'on appelle communément le Nouveau Testament. De semblables déclarations, il y a 108 ans, étaient révolutionnaires et lui valurent l'opposition de tous les clergés. Cependant, le Congrès des Nations de Berlin, en 1878, allait confirmer ses prévisions, accomplissant la prophétie de Zacharie 8 : 23 : « Ainsi dit l'Éternel des armées : En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront, oui, saisiront le pan de la robe d'un homme juif, disant : Nous irons avec vous, car nous avons ouï dire que Dieu est avec vous ». En effet, les 20 nations européennes réunies à ce Congrès représentaient 10 groupes de langues (les 10 hommes) et l'homme juif n'était autre que DISRAELI (Lord Beaconsfield). C'était le début insoupçonné et timide du Sionisme (ou Retour à Sion) moderne, suivi bientôt par la première alyah en 1881.


    En W.T. de mars 1880 [R 83], qui fait l'objet de la question sus-mentionnée, nous lisons, sous le titre :


    LE RÉTABLISSEMENT JUIF
    Un correspondant écrit « Observez les Juifs si vous voulez être informé ». Nous les observons certainement avec beaucoup d'intérêt, mais pour des raisons totalement différentes. Beaucoup sont intéressés par la reconstruction de Jérusalem et le retour d'Israël selon la chair en Palestine comme l'établissement promis du « Royaume de Dieu », et nombreux sont ceux qui, actuellement, sont vivement intéressés par la question, « les populations de langue anglaise, dans le monde, ne sont-elles pas une partie des dix tribus perdues d'Israël ? ». Ils pensent voir une similitude entre l'Angleterre et l'Amérique, etc.. et certaines des prophéties concernant Éphraïm et Manassé. Ils semblent croire, apportant quelques preuves qui semblent raisonnables, qu'il en est ainsi, et nous n'avons pas d'objection à ce que la preuve en soit faite de cette manière. 


    Nous croyons qu'Israël selon la chair sera, dans un avenir proche, reconnue comme la nation principale de la terre, « Jérusalem soit pleine d'allégresse et ton peuple plein de joie », et que dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif, ils le saisiront par le pan de son vêtement et diront : Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous » (Zach. 8 : 23).


    Alors, par conséquent, confirmant notre foi dans « notre haut appel » devant bientôt s'accomplir, nous « observons les Juifs ». Nous ajoutons quelques extraits de journaux les concernant, émanant de diverses parties du monde :


    Le « Jewish Chronicle » — La Chronique juive — dit : « Si, soumis à un examen sévère, il peut paraître irraisonné que des millions de Juifs dispersés, vivant sous tous les climats, parlant toutes les langues, et soumis à toutes formes de gouvernements, se tournent cependant vers l'Est avec la plus grande sollicitude, et ressentent pour la Terre Sainte un respect et une affection que des siècles d'exil sont incapables d'effacer. En ceci, et sous d'autres aspects, l'esprit juif est singulier. D'autres races ont été bannies et ont oublié la terre d'où elles étaient issues ; d'autres races ont colonisé des pays et fondé des nationalités distinctes, ou n'ont gardé avec l'origine parentale que des liens fragiles de langage et de coutumes. Il n'en est pas de même avec les Juifs. Citoyens de tous pays, ils sont Juifs et, dans chacun d'eux, il y a une corde sensible qui vibre au toucher de l'artiste habile ».


    Le même journal écrit encore : « Ils pourraient aussi bien essayer de changer le cours de l'Atlantique que de contenir cette marée irrésistible. Il y a deux ans, le nombre des Juifs vivant à Jérusalem a été reconnu en augmentation, 13 000 pour une population totale de 36 000 habitants, ils sont maintenant 18 000 ; les soutiens financiers annuels versés en leur faveur par des Juifs d'autres pays furent estimés à 60 000 livres sterling (300 000 dollars) ».


    Le Scotch Record dit : « Il y a toujours eu chez le Juif un désir indescriptible pour la terre possédée par ses ancêtres. En ce moment, ce désir indescriptible a envoyé vers Jérusalem un tel flot d'émigration que quelques Juifs proposèrent de l'arrêter en aidant les émigrants indigents à retourner vers leurs propres pays ».


    Un des principaux journaux londoniens a récemment tenu les propos suivants : « La possession de la Palestine et d'une partie de la Syrie par un peuple qui a conservé une nationalité indestructible, alors qu'ils apprirent un cosmopolitisme total durant quelque dix-huit siècles, une nation à la fois européenne et asiatique — asiatique par ses origines, et européenne par sa culture, ne serait, en aucun sens, un mauvais arrangement. Ce ne serait pas une mauvaise manœuvre politique de la part des puissances européennes d'aider à l'installation d'un peuple si influent à une position aussi importante, étant donné que la décadence inévitable du pouvoir turc rend nécessaire un changement de gouvernement. Toutes les difficultés et les jalousies, propres à tout projet d'occupation commune seraient évitées ; car le Juif est à la fois d'aucune nation et de toutes. Aucun peuple ne pourrait mieux résoudre ce qui deviendra, avant peu d'années, le problème Syrien ».


    Jér. 16 : 15 déclare : « Je les ramènerai sur leur territoire que j'avais donné à leurs pères ».


    A la dernière assemblée générale de « l'Église libre », le Dr. Moody Stuart dit, citant une déclaration très remarquable faite récemment par l'un des porte-parole Juifs en Angleterre, c'est-à-dire : « Si c'est le bon vouloir de la Providence que s'élèvent des amoncellements de cendres de désolation couvrant la Palestine, une ère de gloire qui réunira les Juifs dans le berceau de leur race et de leur religion, cet achèvement ne pourrait se faire sous de meilleurs auspices que ceux de l'Angleterre (cependant la remarque a été faite que le temps n'en était pas encore là). En plus, du désir grandissant des Juifs de repartir vers leur propre pays, et des signes du désir, partout ailleurs, d'accélérer leur retour, il y avait (pensait-il) un autre élément dans l'espoir que la paix du monde serait cimentée s'ils occupaient la terre de leurs pères ».


    Esaïe 55 : 5 déclare : « Des nations qui ne te connaissent pas accourront vers toi ».


    Voici la traduction d'un article d'un journal français [French Newspaper] : « Si l'on en juge par les rapports, qui semblent raisonnablement bien confirmés, les Juifs sont en train de reprendre peu à peu possession de leur ancien patrimoine. Il y a 80 ans la Porte Sublime ne donna permission de résider dans la Cité Sainte qu'à trois cents Israélites. Il y a quarante ans ce nombre fut augmenté, mais les Juifs furent obligés de résider dans des quartiers spéciaux de la ville, qui portaient leur nom. Cette dernière restriction, cependant, disparut à son tour il y a dix ans, et depuis lors les Juifs ont acheté tous les terrains qui pouvaient être achetés à Jérusalem, et ils ont même bâti des rues entières à l'extérieur des murs. Les Synagogues et les hôpitaux juifs se sont multipliés. Les Juifs allemands n'ont pas moins de seize associations charitables, et à l'intérieur de la Cité on peut compter déjà 28 congrégations. Deux journaux ont été créés. A l'hôpital de Rothschild et dans d'autres hôpitaux juifs, six mille malades sont traités annuellement. Un Juif vénitien a donné 60 000 francs pour fonder une école d'agriculture en Palestine. Le Baron de Rothschild, au moment du dernier emprunt de 200 000 000 de francs fait à la Turquie, accepta une hypothèque sur toute la Palestine. Grâce à l'immigration juive, la population de la Palestine a doublé au cours des dix dernières années ».


    Jér. 32 : « Je me réjouirai sur eux (Israël) pour les bénir, et je les rétablirai sur leur terre assurément de tout mon cœur, et de toute mon âme... et des champs seront achetés sur cette terre ; ...des hommes achèteront des champs à prix d'argent et on en écrira des lettres et on les scellera, et on les fera attester par des témoins dans le pays de Benjamin, et aux environs de Jérusalem, et dans les villes de Juda, et dans les villes de la montagne, et dans les villes du pays plat, et dans les villes du midi, car je rétablirai leurs captifs dit l'Éternel ».


    Non seulement l'Éternel a commencé à les ramener, mais Il pourvoit à leur accueil et à leur confort dès leur arrivée. Aux dernières nouvelles, les Rothschild viennent d'envoyer à Jérusalem 60 000 dollars pour financer la construction d'un grand bâtiment d'accueil pour les nouveaux arrivants juifs, où il leur sera fourni un logement temporaire jusqu'à ce qu'ils puissent prendre des dispositions pour leur habitation définitive.  

    Et aux toutes dernières nouvelles, la presse communique qu'une personnalité éminente de Constantinople, M. Oliphant, a proposé au gouvernement turc qu'il mette 1 500 000 acres de terres fertiles, s'étendant à l'est de la rivière du Jourdain, à la disposition d'une société de colonisation dont la tâche sera d'y encourager l'immigration des Hébreux de tous les pays du monde. Et, alors même que l'Éternel ouvre le chemin de leur retour en Palestine, Il les force, pourrions-nous dire, à quitter d'autres pays. Des ordres ont été donnés, depuis ces dix derniers jours, par « l'Église Russe », à la demande du Tsar, d'expulser les Hébreux de toutes les provinces de ce vaste Empire, les provinces polonaises exceptées. Ceci est d'autant plus remarquable, quand on sait que pratiquement un tiers de la population juive du monde réside là-bas.




    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 27 Oct 2023 - 12:31

    Dans la W.T. de décembre 1880 [R 173] C.T. Russell écrit au sujet de ce projet sous le titre :

    LE PLAN DE M. OLIPHANT POUR COLONISER LA PALESTINE

    Le Times de Londres déclare : « Le Rév. George Nugee a donné une conférence, le 13 mai, au Hall St. George, sur une proposition de coloniser la Palestine par les Juifs et il fit allusion en passant à l'établissement existant d'une colonie agricole juive de cinquante cinq habitants près de Jaffa. Après avoir présenté quelques statistiques relatives aux Juifs modernes qui, dit-il, se sont montrés eux-mêmes si sensibles aux avantages de l'instruction, qu'ils comptent la moitié des étudiants d'université, la moitié des avocats, et plus de la moitié des commerçants de Vienne, l'orateur se mit à développer un plan qui, déclare-t-il, a rencontré l'approbation de nombreux Juifs ; ce plan a aussi été communiqué au sultan, qui l'a reçu favorablement, par M. Oliphant ; il prévoit l'établissement d'une colonie juive sur la rive est du Jourdain ».

    Le plan était de racheter 1 500 000 acres [1 acre vaut 40 ares 46 — Trad.] pour introduire des éléments européens dans le gouvernement, et pour établir là des colonies, soit des fermiers paysans juifs, soit des fermiers juifs employant le travail des fellahs indigènes. Les incursions des Arabes étaient un danger mais on pouvait s'en débarrasser avec de l'argent. Il avait envoyé une circulaire à M. Goshen, le nouvel envoyé spécial à Constantinople, qui avait exprimé un profond intérêt dans le projet.

    L'orateur décrivait le pays qui devait être colonisé comme étant excessivement fertile et il l'identifiait avec le pays alloué à Ruben, Dan [Gad — Trad.] et la demi-tribu de Manassé.

    Une convention internationale d'Hébreux venus de toutes les parties du monde sera tenue à Paris, le 10 septembre, sous les auspices de l'Alliance Israélite Universelle. Les sujets concernant les intérêts de la race hébraïque tout entière seront discutés. Des délégués de dix pays ont été désignés : le Rév. Myer S. Israël, le Rév. H. S. Jacob, Myer Stern, William Seligman et Simon Wolf étant les délégués des États-Unis. Parmi les sujets qui doivent être discutés on trouve l'amélioration des Hébreux en Palestine, et la promotion de l'émigration vers ce pays, la promotion de la littérature et de l'instruction hébraïques, et la persécution des Hébreux en Roumanie et ailleurs.

    JÉRUSALEM semble recueillir une faveur croissante comme lieu de résidence pour des étrangers qui trouvent peu confortables leur pays natal. La population étrangère juive s'est accrue considérablement durant les dernières années, selon le Consul Moore. Cette communauté est à présent estimée à 15 000, y compris les Juifs nés dans le pays, contre 10 000 en 1873. Le désir d'éviter le service militaire obligatoire maintenant imposé dans la plupart des pays européens, et le droit de posséder des biens immobiliers en Turquie, entrent probablement en compte pour cette immigration accrue. La colonie allemande à Jérusalem s'élève maintenant à près de 400 personnes, celle de Jaffa environ à 300. Il existe un troisième établissement allemand à Califfa d'un nombre à peu près égal au dernier mentionné. Les colons sont marchands, artisans, transporteurs, agriculteurs et sont réellement prospères.

    Madame Renée Neher Bernheim, historienne de renom qui fit son alyah en 1967 et qui enseigne maintenant à l'Université hébraïque de Jérusalem parle de M. Oliphant dans le Tome III de son « Histoire juive — De la Renaissance à nos jours » en ces termes : « Il serait injuste de ne pas mentionner ici les encouragements apportés aux Bilouim par un curieux personnage britannique : Lawrence Oliphant, qui quitte en 1867 son siège au Parlement de Londres, pour voyager en Orient et se plonger dans le mysticisme oriental. Il se passionne pour le retour des Juifs en Terre Sainte, stimule les immigrants, et en 1882 s'installe définitivement avec sa femme à Haïfa... ». Nous trouvons, dans l'ouvrage de Madame Renée Neher Bernheim d'innombrables confirmations de noms, de lieux, de personnages et d'événements cités en leur temps dans les journaux et reproduits dans la W.T. [T. d. G.].

    En W.T. d'août 1883 (R 519), C.T. Russell cite un bon article du London Christian Herald sous le titre :

    MOÏSE MONTEFIORE ET LES JUIFS

    « Le 24 octobre 1884, Sir Moïse aura atteint, s'il est encore en vie, son centième anniversaire. La venue relativement proche d'une époque si passionnante pour tous les amis et participants dans la foi du philanthrope toujours frais et gaillard, a attiré l'attention, tant de l'autre côté de l'Atlantique que chez nous. Un mouvement a été mis sur pied parmi les Hébreux de New York afin de préparer un témoignage approprié pour le centième anniversaire attendu de Sir Moïse Montefiore. Ardent avocat de la foi ancienne, il n'a pas laissé le piège d'amasser de l'argent l'aveugler vers les incapacités politiques injustes sous lesquelles les Juifs britanniques peinaient lorsqu'il était jeune, non plus que vers la condition obscure et malheureuse de ses frères à l'étranger, et particulièrement en Palestine. 

    En 1827 il fit le premier d'une série de voyages en Palestine dans l'intention d'enquêter personnellement sur la cause de l'état misérable de ses frères dans ce pays. Le résultat de sa première visite fut la création du fonds de la Palestine. En 1862 sa bien-aimée compagne mourut. Sa mort marqua une époque de charités et de dons princiers par Sir Moïse. Bien que son âme et son corps affaiblis, accablés de chagrin, faisaient courber sa tête blanchie, cela ne l'empêcha pas de se mettre en route sans délai pour le Maroc l'année suivante, en 1863, pour plaider la cause des Juifs persécutés de Port Saafi, qui étaient massacrés et torturés par les Espagnols, sous le prétexte, inventé, que le Consul Espagnol avait été assassiné par les Juifs, en réalité inoffensifs et innocents. Cet homme vénérable réussit, une fois de plus, à calmer les eaux déchaînées et à ramener la paix et le bonheur à ses frères persécutés, et à obtenir également du Chérif du Maroc des privilèges appréciables pour les chrétiens résidant là-bas. 

    En 1875 il fit sa septième et dernière visite en Terre Sainte, la terre de ses amours. Sur ses armoiries il y a une hampe, d'où vole une bannière sur laquelle, inscrit en hébreu, en lettres d'or, est le mot Jérusalem. Voir la Palestine, siège d'un état juif, ayant Jérusalem comme capitale, est, et a toujours été, l'ambition chère et le rêve de sa vie — qu'il ne pouvait personnellement jamais concrétiser de son temps, ainsi qu'il en est lui-même pleinement conscient. Mais pour l'aboutissement de cet objectif souhaité, il a dirigé les meilleurs efforts d'une vie plus longue qu'il n'est généralement accordé à l'homme » — London Christian Herald.

    Dans la W.T. d'avril-mai 1884 (R 615) C.T. Russell cite le New York Herald : « Au moment où les grandes puissances chrétiennes avancent une main rapace et armée pour saisir ce pays convoité et tentant, au moment où la Turquie agonisante laisse échapper son pouvoir, une figure historique s'avance au premier plan et déclare : Ce pays m'appartient ! Et lorsque les puissances se retournent pour dévisager l'interlocuteur, elles reconnaissent le Juif — l'enfant du Patriarche qui vécut en Palestine, lorsque ce pays fut envahi pour la première fois, et qui serait bien aise, lui aussi, d'être présent pour recevoir ce pays qui lui appartient, au moment où beaucoup s'en disputent la possession trente [neuf] siècles après la première invasion ». (Il y en a 40 maintenant).

    Quelle merveilleuse coïncidence ! Non pas, dit le Juif ; « ce n'est pas une coïncidence, c'est là ma destinée ». Cet article fut repris dans un volume de C.T. Russell diffusé à environ un million d'exemplaires et qui circule encore parmi nous, ainsi que d'autres de ses ouvrages. Nous recommandons à ce sujet notre brochure « Le rétablissement d'Israël » extraite de ce volume, qui renferme de nombreuses citations appropriées.

    Faisant un bond de quelques années, nous arrivons à 1891, durant laquelle C.T. Russell fit un voyage en Palestine.

    En W.T. de décembre 1891 (R 1342), nous trouvons la copie d'une lettre qu'il écrivit de Jérusalem aux barons HIRSCH et DE ROTSCHILD. Parue sous le titre « PROPOSITION D'UN NOUVEAU GOUVERNEMENT POUR LA PALESTINE », nous la donnons ci-dessous in extenso. Auparavant, signalons que l'étude approfondie de la chronologie biblique avait permis à C. T. RUSSELL de comprendre l'importance des années 1878 et 1914 dans l'histoire du peuple juif ; cette dernière date devait manifester le début de la fin de la domination des Nations [ou Gentils], celui de la délivrance de Jérusalem de la domination turque, ce qui eut lieu effectivement en 1917, et celui du retour massif des Juifs en Palestine. Une comparaison entre ses écrits et les événements prouve la justesse de ses vues, même si, parce qu'il ne lui était pas donné de comprendre tous les détails, certains événements ne se sont pas produits sous la forme exacte qu'il attendait. Par ailleurs, ne retrouve-t-on pas dans l'ouvrage de HERZL « l’État Juif » et dans les propositions faites à la Conférence de la Paix à Paris en 1919, bon nombre des suggestions présentées par C. T. Russell aux barons DE ROTSCHILD et HIRSCH ?

    UN NOUVEAU GOUVERNEMENT PROPOSE POUR LA PALESTINE

    Copie d'une lettre de suggestion écrite par l'éditeur lors d'une visite en Palestine, aux deux principaux Hébreux du monde, les Barons De Rothschild et Hirsch.
    Le 20 novembre 1891,
    Ce qui suit est une copie de lettre, écrite lorsque j'étais en Palestine, dont j'ai été séparé par la suite, à cause de la perte de mes bagages, en cours de route, et qui a été retrouvée seulement récemment.
    Jérusalem, le 18 août 1891,


    A l’Honorable BARON HIRSCH,
    VOTRE HONNEUR : Moi, Chrétien, ami de la semence de Jacob, particulièrement à cause des promesses de Dieu qui leur appartiennent encore, et de la Terre Sainte, je vous écris sur un sujet qui, je le sais, vous tient très à cœur.

    Afin que vous puissiez connaître l'intérêt que je porte à votre peuple, je vous ferai envoyer un exemplaire de deux de mes propres ouvrages, dans lesquels les promesses de Dieu faites à votre nation sont citées et commentées.

    Actuellement, je suis en Palestine, accompagné de mon épouse, visitant rapidement la Terre de la Promesse et son peuple, et examinant les perspectives de l'accomplissement proche des prédictions des prophètes. Comme vous le verrez d'après mes ouvrages, nous nous rendons compte que le témoignage des prophètes est que votre nation sera grandement bénie et reviendra à la faveur divine entre ce moment présent et l'année 1915 A. D.

    Nous croyons que les persécutions actuelles en Russie sont un signe de la faveur divine plutôt que le contraire. L'Éternel déclare qu'Il les fera sortir de tous les pays où Il les a dispersés. Nous pensons que, loin de voir cette persécution s'apaiser, il se peut que dans un avenir proche on assiste à sa recrudescence importante au sein des différentes nations d'Europe au milieu desquelles les Juifs habitent.

    Nous croyons que la Parole de l'Éternel enseigne que le peuple doit être, en grande partie, rassemblé dans la terre de la Palestine, et le fait que toute entrée dans ce pays a récemment été défendue nous porte à penser que le temps est venu d'y ouvrir les portes encore plus largement que jamais auparavant. Ceci semble être montré par les paroles du Prophète. Voyez Jérémie 32 : 37-44 ; 33 : 6-22.

    Étant donné que je ne possède pas un centimètre de terre dans ce pays, je ne peux pas être taxé d'agir égoïstement en proposant les suggestions suivantes, de ce qui me paraît être la seule solution immédiate au problème. Ma suggestion est la suivante et porte sur toute la Syrie :

    Les revenus provenant de la Palestine par le Gouvernement s'élèvent à 100 000 livres sterling par an. Cette somme, cependant, est absorbée par le gouvernement local de la Palestine, et il est douteux que la Turquie en reçoive jamais un piastre — sauf sous forme de primes payées par ceux qui obtiennent des positions officielles dans le pays. Il m'a été impossible d'obtenir des chiffres sérieux concernant les taxes de la Syrie en totalité, mais on peut, à coup sûr supposer que les résultats pour la Turquie ne sont pas plus bénéfiques que ceux de la Palestine.

    Ma suggestion est que les riches Hébreux achètent à la Turquie, selon une juste évaluation, tous les intérêts sur leurs biens dans ces pays, c'est-à-dire toutes les terres du gouvernement (terres n'appartenant pas à des propriétaires privés), sous la garantie que la Syrie et la Palestine seront constituées en ÉTAT LIBRE, dont le gouvernement sera confié aux mains d'un comité de treize Directeurs nommés comme suit : Un Directeur serait choisi par chacun des gouvernements ci-après : Grande Bretagne et Irlande, France, Allemagne, Russie, Autriche, Italie, Turquie, Grèce et les États-Unis d'Amérique, à condition qu'ils approuvent le projet ; le reste des treize serait élu par les suffrages du peuple Syrien, personne n'étant éligible pour ladite élection s'il n'a pas habité le pays pendant trois années consécutives.

    La liberté religieuse devrait être entièrement assurée à tous les habitants. Chaque Directeur devrait être résident dans le pays pendant sa période d'activité, et recevrait 1 000 livres sterling par an, et aucun autre honoraire, émolument ou pot-de-vin, ne serait autorisé sous peine de disgrâce et d'exil. Ces Directeurs nommés par les différents gouvernements seraient également les Ministres plénipotentiaires de ces gouvernements, sans honoraires supplémentaires à cet effet.

    Chacune des nations invitées à s'engager représentativement dans le gouvernement devrait donner une participation financière, disons de 10 000 livres, pour l'exécution du projet et comme test de son intérêt pour le bien-être du pays et de son peuple. Présentement toutes les nations sont intéressées à pourvoir une patrie à tous les exilés Russes ; et la pauvreté de la Turquie devrait faciliter l'achat de son patrimoine en Syrie à des prix raisonnables. J'imagine que ceci est un plan réalisable, car toutes les nations mentionnées ci-dessus sont intéressées par la Palestine, y ayant directement ou indirectement dépensé d'importantes sommes d'argent. Le projet d'en faire un état libre, sous le contrôle de tous, serait, je crois, agréable à tous ; alors que, mettre le pays sous le contrôle de l'un quelconque d'entre eux exclusivement, serait énergiquement combattu par les autres. Le pays devrait, cependant, être indépendant de toutes les autres nations, excepté par l'intervention de leurs Directeurs représentants désignés.

    Une constitution libérale devrait être élaborée, modifiable uniquement par le consentement d'au moins neuf sur les Treize Directeurs. Pour toutes les autres questions la majorité décidera — en accord avec les restrictions de ladite Constitution. Le sang nouveau et les nouvelles idées ainsi introduites dans le gouvernement feraient rapidement leur effet sur le peuple et dans le pays, et ils avanceraient rapidement vers des conditions civilisées, dans chaque détail.
    Vous êtes, sans aucun doute, bien au courant que, en dépit des sommes importantes d'argent envoyées ici par les Hébreux et d'autres, beaucoup de gens sont loin du confort ; et tous conviendront que les deux choses les plus indispensables à ce pays sont un gouvernement sage, juste et efficace, et beaucoup d'eau.

    L'eau est indispensable à la santé. L'odeur est pestilentielle lorsque l'on passe dans la cité, particulièrement dans les quartiers juifs. Je ne peux expliquer l'absence de certaines maladies que par l'extrême pureté de l'air de la montagne. Dans presque tous les autres climats une saleté et une sécheresse telles amèneraient certainement la peste. Dans un mois, m'a-t-on dit, l'eau sera vendue à deux ou trois piastres l'outre.

    Le gouvernement actuel et les lois, bien que l'on affirme qu'il y ait beaucoup d'amélioration par rapport à ceux du passé, sont, tous l'admettront, loin d'être bons. Les pauvres paysans ou fellah sont dépossédés de presque tous leurs gains — d'abord par le prêteur de fonds, qui soutire entre 10 et 50 % d'intérêts, payés d'avance, et ensuite par le percepteur qui extorque tout ce qu'il peut de ce qui reste. De nombreux Juifs venant de Russie sont pauvres, et beaucoup sont riches. Apparemment les derniers considèrent comme leur travail de tirer des bénéfices de leurs frères et de leurs voisins au lieu de les aider, alors que les premiers, suivant l'exemple des Romanistes et des Grecs, pensent qu'il est de leur devoir de passer tout leur temps en prières et en célébrations, alors que les dons d'amis d'Europe et d'Amérique les font vivre. Vos secours et ceux du Baron de Rothschild ainsi que ceux de Sir Moïse Montefiore ont apporté beaucoup de bien, et en apportent encore (excepté peut-être pour le paiement d'une certaine somme d'argent par personne pour l'entretien des colons, ce qui en encourage certains à multiplier leurs enfants et petits-enfants aussi rapidement que possible, pour augmenter leurs revenus).

    Ce qui est nécessaire ici, par conséquent, après l'eau et la propreté, est un bon gouvernement qui protégera le pauvre des rapaces et des riches.

    Des institutions bancaires saines et faisant honorablement des affaires, sont également grandement nécessaires. Les pauvres, m'a-t-on dit, cachent tout l'argent qu'ils peuvent économiser dans des trous dans la terre, où il est finalement perdu pour eux et pour le monde. Sans aucun doute, ceux-ci confieraient leur argent à des banques dont l'honorabilité ne pourrait être mise en cause.

    Étant donné que Jérusalem est détentrice de tant de richesses présentant un grand intérêt pour le monde civilisé, aussi bien que pour les Juifs, je suggère en outre l'introduction dans la Constitution — et ce projet rencontrerait certainement la faveur générale — de clauses garantissant que Jérusalem resterait pratiquement comme elle est actuellement — sauf qu'elle serait nettoyée — que toutes les boutiques et affaires seraient interdites à l'intérieur des murs ; que des règlements sanitaires seraient strictement observés ; que la ville serait entièrement munie d'un réseau d'égouts — une affaire d'ordre très pratique et réalisable à peu de frais si les « Carrières de Salomon » s'étendant sous une grande partie de la ville étaient utilisées pour installer les plus gros collecteurs d'eaux usées.

    En dehors de la ville la largeur minimale des rues et la dimension minimale des immeubles devraient être soumises à la loi, car les gens ont des idées étroites concernant ce qui « fera l'affaire ».

    Avec des arrangements tels que ceux cités plus haut, beaucoup d'argent serait fourni par les amis de la Terre Sainte pour l'eau, les aqueducs, les puits artésiens, etc.., etc.., et bien vite les lieux stériles deviendraient un paradis.

    Je crois que maintenant est le temps de l'Éternel pour la délivrance si longtemps promise d'Israël (vous pourrez examiner dans les 2 ouvrages que je vous ai fait envoyer, et cités ci-dessus, mes raisons de croire ainsi), et que ceci sera accompli par certains de ces projets concertés parmi les nations est, je crois, indiqué par le prophète Esaïe :

    « Et ils amèneront tous vos frères, d'entre toutes les nations, en offrande à l'Éternel, sur des chevaux, et sur des chars, et dans des voitures couvertes, et sur des mulets, et sur des fourneaux rapides [chaudières], à ma montagne sainte, à Jérusalem dit l'Éternel... Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre (le Royaume de Dieu) que je fais, subsisteront devant moi, dit l'Éternel, ainsi subsisteront votre semence et votre nom » Esaïe 66 : 20, 22.

    Voyez aussi Jérémie 32 : 43, 44 : « Et on achètera des champs dans ce pays dont vous dites qu'il est une désolation, de sorte qu'il n'y a ni homme, ni bête... On achètera des champs à prix d'argent, et on en écrira les lettres, et on les scellera, et on les fera attester par des témoins dans le pays de Benjamin, et aux environs de Jérusalem, et dans les villes de Juda, et dans les villes de la montagne et dans les villes du pays plat, et dans les villes du midi ; car je rétablirai leurs captifs, dit l'Éternel ».

    Puisse le Dieu de Jacob vous guider, cher Monsieur, et tous ceux qui avec vous sont intéressés par la délivrance et la prospérité d'Israël et bénis seront ceux qui, sans mesure, se soumettront comme serviteurs en accomplissant Sa volonté, comme il est prédit.

    Mais veuillez noter, cher Monsieur, que les Écritures Saintes prédisent le retour en Palestine, et non une autre errance jusqu'aux bouts de la terre — vers l'Amérique ou ailleurs. Et par conséquent, c'est mon humble avis qu'Israël ne trouvera pas de repos pour la plante de son pied jusqu'à ce qu'il la trouve dans la terre promise ; et je vous supplie, par conséquent, de ne pas perdre vos efforts en aidant l'émigration ailleurs mais de les concentrer dans la direction dans laquelle Dieu a montré que se trouve la réussite. Dieu vous bénisse.
    Bien à vous dans la Foi des Écritures Sacrées.


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 27 Oct 2023 - 12:35

    C.T. Russell.


    P.S. : Une copie de cette lettre a également été envoyée à votre compatriote, le Baron de Rothschild.
    Avec la W.T. du 1er juillet 1897 (R 2176), nous voyons comment C. T. RUSSELL salua le travail de HERZL. Nous rappelons à nos lecteurs que le 1er Congrès Sioniste devait se tenir à Munich mais la Communauté juive de Munich ayant refusé cet honneur, c'est à Bâle que se tint le 1er Congrès :
    VUES DE LA TOUR DE GARDE
    A mesure qu'approche l'heure, indiquée par les aiguilles prophétiques de la grande horloge des Âges, où le « Temps des Gentils » prendra fin et où le Royaume de Dieu, représenté sur terre par la semence naturelle d'Abraham, s'assurera le contrôle des affaires terrestres, dans la Terre promise à Abraham (Actes 7 : 5), tout étudiant des prophéties qui se veut intelligent observe de façon naturelle les événements qui se rapportent à la terre promise et au peuple de l'alliance.
    Cela fait juste un an que le Dr Herzl, un érudit hébreu originaire de Vienne, a publié son livre défendant la création d'un « État juif », en Palestine, l'ancienne possession de famille, comme unique solution pratique à la « question juive ». Ses vues, connues maintenant sous le nom de « Sionisme », ont été adoptées par des personnalités juives et des journaux juifs importants, dans le monde entier, et, bien qu'il y ait quelque opposition, il est merveilleux de constater combien le sentiment juif en faveur de ce projet est général.
    Le Rabbin Stephen Wise, de New York, dit de ce mouvement :  
    « Dans le monde entier, cependant, les Sionistes pensent aux personnes sans foyer en Israël. Notre mission est de préparer et d’œuvrer, non seulement pour nous-mêmes, mais même pour ceux dont l'existence est menacée par les passions et les préjugés des différents peuples au milieu desquels le sort les a jetés. N'avons-nous pas assisté aux triomphes si souvent répétés de l'Antisémitisme « scientifique » aux élections allemandes ? Peu nombreuses sont les nations qui nourrissent des sentiments d'amitié totale à l'égard des enfants de la lignée d'où émergea Jésus de Nazareth.
    « La chrétienté éclairée et craignant Dieu s'émerveillera au spectacle d'une troupe de héros relativement peu nombreux se hasardant à une tâche d'une ampleur effroyable. Si la chrétienté était composée de chrétiens véritables, la nécessité de ce mouvement ne se ferait guère ou pas sentir. Mais Sion doit être reconstruite, parce que la loi qui en sortit n'a pas régné sur tous ceux qui la professent. En attendant, je ne doute pas que le peuple américain, dont la caractéristique est d'admirer l'héroïsme individuel et national, applaudira et saluera l'entreprise des hardis bâtisseurs porteurs d'espoir d'une nouvelle Sion ».
    Le Dr Moses Gaster, de Londres, principal Rabbin des Juifs « sépharades » de toute l'Europe du Sud-Est, déclarait récemment, au sujet de la proposition sioniste de Herzl :
    « J'éprouve, à l'égard de ce projet, un très vif intérêt qui remonte à l'époque où j'habitais en Roumanie, et où j’œuvrais à la fondation de la première colonie juive en Palestine. J'ai toujours entretenu la conviction que c'est là que réside le futur de la race juive, et pas ailleurs. Je considère que le projet du Dr Herzl n'est pas une idée politico-économique, mais qu'il s'agit plutôt d'une question religieuse. Il est impossible de séparer un tel plan des idéaux religieux qui en sont le fondement. A propos des détails pratiques qu'il a développés, je m'abstiens d'émettre une opinion, car il n'est pas possible de dire quelle forme le mouvement prendra lorsque les masses seront mues par l'enthousiasme. Il y a quelques mois, j'ai présidé une réunion à laquelle assistaient mille cinq cents Juifs de l'East End [quartier populaire de Londres] de Londres, et rien n'aurait pu surpasser leur enthousiasme lorsque le Dr Herzl est apparu. Ce sont les masses qui emportent la décision sur de telles questions ».
    Des délégués représentant des sociétés juives de toutes les parties du monde ont déjà choisi de se réunir le 25 août dans la ville de Munich, en Allemagne, afin de discuter des mesures les plus pratiques pour atteindre les buts du Sionisme. Les Juifs importants dont les noms suivent ont la responsabilité de la Convention : Dr T. Herzl, Max Nordan, C. Montefiore, Dr De Haas.
    Comme il est remarquable qu'un tel mouvement émerge en cette période ! Lorsqu'en 1878, nous soulignions que, selon la prophétie, le moment fixé pour le retour de la faveur divine à Israël était alors échu et que son commencement se manifestait par le fait que la Conférence de Berlin plaçait l'Égypte et la Palestine sous la protection effective de la Grande-Bretagne, beaucoup de gens raillèrent cette idée. Lorsque nous déclarâmes que le retour des Israélites en Palestine constituait l'étape suivante, les Juifs eux-mêmes se moquèrent, et déclarèrent qu'il s'agissait là d'une absurdité : que le Juif vivant en Allemagne était un Allemand, vivant en Angleterre, un Anglais et vivant aux États-Unis, un Américain, et ainsi de suite dans le monde entier.
    Lorsque la persécution russe en conduisit des milliers à chercher d'autres demeures, la Palestine fut repoussée comme étant une terre aride. Le Baron Hirsch, un millionnaire allemand, entama, à grands frais, l'établissement d'une nouvelle terre de promesse en Argentine, en Amérique du Sud, et de riches Hébreux américains aidèrent des milliers de leurs frères aux États-Unis. Mais certains des Juifs russes les plus pauvres tournaient des regards ardents vers la Palestine et ils s'y rendirent — pour trouver une terre suffisamment sèche et stérile. Cependant, Dieu leur suscita des amis en la personne de Sir Moses Montefiore et du Baron de Rothschild qui, voyant leur dénuement, les prirent en compassion et bâtirent des Écoles Industrielles et des Jardins Expérimentaux pour leur instruction, des hôpitaux pour les malades, etc.
    Puis, par décret, le Sultan interdit aux Juifs de continuer à s'installer en Palestine ; et très vite, la persécution russe faiblit, et il s'ensuivit quelques années de paix au cours desquelles les affaires se sont développées et où les Juifs ont retenu certaines leçons. (1) La colonie d'Argentine, soutenue par des millions et dans des conditions apparemment favorables, n'a pas connu de succès, mais elle a représenté un échec grave, tant financièrement que sous tout autre aspect. Les Juifs qui y ont établi des colonies ne sont pas satisfaits. (2) Les Juifs introduits aux États-Unis n'ont que passablement réussi. (3) Les Juifs qui se sont rendus en Palestine « stérile » ont connu une prospérité phénoménale. Comme par magie, le pays est devenu plus fertile et plus heureux, et offre la preuve d'une renaissance permanente. En conséquence, les yeux de tout Israël sont tournés vers Sion, et leur mot d'ordre est Sion ! Sion ! En vérité, O Seigneur — « Ton peuple sera [un peuple] de franche volonté, au jour de ta puissance ». Nous avons certainement ici une autre preuve que nous nous trouvons au cours « du Jour de Jéhovah ». Voir L'AURORE MILLÉNAIRE, Vol. 1, Chap. 15.
    Distinguant ce cours des événements en rapport avec Israël, nous nous tournons dans une autre direction pour voir de quelle façon Dieu ouvrira les portes afin de permettre son retour. Et comme nous pouvons discerner, à l'heure actuelle, une providence et une bénédiction dans le retard temporaire de leur émigration, jusqu'à ce que la faveur divine qui concerne le pays attire sur lui l'intérêt de tous les Juifs, nous devons nous attendre, bientôt, à voir les portes grandes ouvertes et à ce que beaucoup, non seulement de pauvres, mais aussi de riches Israélites, cherchent un foyer en Palestine. Nous ne nous attendons pas, cependant, comme le font les Sionistes, à ce qu'ils réussissent rapidement à organiser un état juif indépendant. Cela ne peut se produire avant la fin totale du temps des Gentils — à [après — Trad.] la fin de l'année 1914. Voir L'AURORE MILLÉNAIRE, Vol. II, Chap. 4.
    La W.T. du 15 septembre 1897 (R 2217) donne un rapport du 1er Congrès de Bâle, avec commentaires de C. T. RUSSELL.
    PLAIDOYER ET DÉFENSE DU SIONISME
    La Conférence juive concernant le Sionisme s'est réunie à Bâle, Suisse, le 30 août, comme proposé — afin de discuter de la possibilité et de la validité du projet du Dr Herzl d'obtenir que la Palestine soit le foyer national pour la race juive, et d'aider les pauvres et les persécutés à retourner dans le pays de leurs pères, vers la prospérité. Le télégramme annonce uniquement le fait que la conférence ratifia avec enthousiasme les suggestions du Dr Herzl et envoya au Sultan de Turquie un télégramme le félicitant de la paix et la prospérité de sa race parmi ses états. L'hébreu fut le langage de la Convention — une indication très significative.
    Ainsi, lentement mais sûrement, la prophétie s'accomplit sous cet aspect également, marchant exactement de pair avec les développements sur d'autres plans — civils et religieux — tous approchant rapidement leurs points culminants prédits. Loué soit Dieu !
    M. Max Nordau, un Hébreu et écrivain célèbre, s'exprima récemment avec une grande liberté en faveur du programme Sioniste et en opposition avec ces Juifs qui y mettent obstacle. Il émit l'idée que les « rabbins et les idiots », qui élèvent à présent contre le mouvement des « cris d'indignation » insensés, auront peut-être, un jour, à se réjouir devant le succès du Sionisme, à cause du refuge qu'il procurera « contre les tempêtes antisémites qui se forment sur leurs têtes » ! (l'antisémitisme signifie l'opposition aux descendants de Sem ; il comprend toutes les races du Sud-Ouest Asiatique — les Assyriens, les Arabes, les Abyssiniens, les Hébreux, etc.., mais ici, et le plus fréquemment, il est utilisé dans le sens d'opposition aux Hébreux, aux Juifs). Le Dr Nordau poursuivit :
    «  Le Sionisme a été amené à exister par la montée continue et l'accroissement de l'antisémitisme dans ses diverses formes — l'antisémitisme officiel en Russie, l'antisémitisme populaire en Allemagne et en Autriche. Étant moi-même Allemand, je ne peux parler que pour mon propre pays. Là, je dis sans hésitation aucune que, non seulement le Juif n'est pas aimé, mais il est positivement haï et craint ; et cette aversion s'étend à tous les gens ayant la moindre trace de sang juif dans les veines.
    « La propagande antisémite a rendu les gens fous en Allemagne et en Autriche, et il ne semble pas qu'il y ait espoir d'une amélioration. Bien que personne ne puisse certainement m'accuser d'être un parasite ou un grippe-sou — chaque centime que j'ai gagné est le résultat d'un travail dur et consciencieux — mon courrier est souvent alourdi de lettres anonymes insultantes, venant de l'autre côté du Rhin... Voyant que ce sentiment anti-Juif est pratiquement universel, ou le devient rapidement, nous demandons pourquoi le Juif lui-même serait-il satisfait de continuer à vivre dans un camp hostile ? Pourquoi devrait-il en être réduit à effacer sa nationalité ?
    « Le Juif, figurativement parlant, tient constamment sa main devant son nez pour cacher sa ligne aquiline particulière ; il partage d'ailleurs cette particularité avec tous les Romains conquérants des temps anciens. Pourquoi être honteux de notre naturel, et, par-dessus tout, de nos caractéristiques nationales ! Non, développons-les au contraire, formons-les dans les bons moules. Soyons vrais avec nous-mêmes, avec nos traditions, avec les génies de notre race. Alors, en effet, de grandes choses sortiront de cette masse désordonnée. Israël sera elle-même à nouveau. Voilà la véritable essence du Sionisme !... Les rabbins de bonne famille, en Allemagne et aux États-Unis, qui ont ridiculisé nos efforts ne sont peut-être pas conscients, qu'en ce moment, des centaines de milliers de leurs coreligionnaires vivent dans la saleté et la misère les plus affreuses que l'on puisse imaginer aux confins des limites juives de la Russie ou parmi les tribus sauvages Kurdes d'Asie Mineure ».
    Ainsi, les Juifs en étant eux-mêmes les témoins, Dieu les force à revenir en Terre Promise pour laquelle beaucoup d'entre eux avaient perdu tout espoir et tout amour.
    Savoir si la Palestine sera ouverte aux Juifs par l'argent, comme ils le proposent maintenant, ou si elle sera ouverte par la guerre, nous ne pouvons le dire ; mais beaucoup plus que ce que les Sionistes espèrent sera obtenu vers 1915 A.D. Pour permettre tout ce que Dieu a promis comme étant ce qui est dû avant cette période, nécessiterait qu'ils soient admis en Palestine sous la domination d'une autre puissance ou d'autres puissances très rapidement.
    Le Frère Kirkham nous raconte que lorsqu'il était en Europe récemment il fut mis en contact avec certains banquiers juifs afin de leur expliquer quelques inventions dans la fabrication de dalles, et il trouva incidemment l'occasion favorable d'expliquer le Plan des Âges de Dieu, mentionnant également que le temps convenable était arrivé pour le rétablissement de la faveur divine à Israël. A sa surprise ses auditeurs montrèrent un intérêt profond, et déclarèrent que ce qu'il disait était, à beaucoup d'égards, en étroite harmonie avec leurs propres vues. Ils l'accompagnèrent alors spontanément dans le chantier privé d'un marbrier tenu secret du grand public, et lui montrèrent des colonnes en marbre très fin, en préparation, dirent-ils, pour former les éléments d'un grand temple qui serait construit à Jérusalem. Les pièces sont préparées selon des plans dessinés, et chaque pierre est marquée d'une lettre et numérotée pour indiquer la place où elle est prévue.
    RÈGLEMENT DU PARTAGE DE LA TURQUIE
    Il est maintenant généralement convenu que l'Autriche et la Russie sont arrivées à un accord concernant le partage de la Turquie quand il sera estimé que le moment opportun est arrivé. L'Autriche doit avoir Salonique et tous les territoires situés à l'Ouest de celle-ci, tandis que la Russie : doit avoir Constantinople et une bonne partie des territoires qui l'entourent et au Nord. Mais l'intention n'est pas de pousser à la guerre ; simplement, l'arrangement est fait afin que dans l'éventualité d'une autre guerre avec la Turquie, chaque pays saura quelles parts saisir. Il est dit que l'Allemagne est très impatiente d'obtenir la Syrie, y compris la Palestine, sur les mêmes bases, mais il n'est pas du tout certain que les autres puissances la laissent faire, parce qu'elles convoitent toutes la Palestine.
    Notre intérêt primordial dans la question turque est l'ouverture de la Palestine pour le retour des Israélites : si le retour, ou même la liberté de s'y installer étaient accordés aux Juifs contre de l'argent, nous ne ressentirions comparativement plus d'intérêt pour la Turquie.
    R'2217, col. 2 ; R'2218, col. 1, par. 1, 2, 3.
    W.T. 15 sept. 1897.


    C'est encore dans la W.T. du 1er octobre 1898 (R 2362) que nous trouvons, à la fin d'un très long article de C.T. RUSSELL relatant les décisions prises au Second Congrès Sioniste de Bâle en 1898, l'explication émouvante de la médaille rappelant le 1er Congrès Sioniste. C.T. Russell rappelle dans cet article que, 23 ans auparavant, il avait attiré l'attention sur Esaïe 40 : 1, 2 « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez-lui que son temps de détresse est accompli, que son iniquité est acquittée ; qu'elle a reçu de la main de l'Éternel le double [le duplicata, l'équivalent — Trad.] pour tous ses péchés » ; il écrit : « nous avons montré qu'il devint applicable en avril 1878 ». Voici l'explication du symbolisme de la médaille :
    Sur un paysage vaste et paisible au bord de la mer près d'un puits abrité de la lumière par un très vieil arbre d'espèce méridionale, se repose une famille juive composée du père, de la mère et de trois enfants, tous regardant l'océan, où le soleil se reflète dans des myriades de vagues. Le père, dans la force de l'âge, s'appuie sur son bâton de pèlerin, symbole tragique du sort de sa race sur la terre. La mère allaite son bébé. Un petit enfant est assis par terre, un garçon plus âgé, plus fort et déterminé, se tient droit, le bâton de voyage déjà à la main, ce qui doit devenir le symbole de son destin, comme il est celui de son père.
    « Une vision surnaturelle apparaît à ces voyageurs épuisés et sans but ; elle est la personnification de l'idéal juif — l'idéal du Sionisme. De sa main gauche elle touche l'épaule du père et indique de sa main droite au loin ce pays de l'autre côté de la mer où il se sentira enfin chez lui. Son expression est empreinte de beaucoup de sympathie et d'amour. Son bras et le mouvement de sa main illustrent le destin. Le père considère, le cœur submergé par l'émotion, l'espoir précieux de l'avenir que ce génie a éveillé en son âme. Il se décide immédiatement à suivre son guide. La mère, mi-méfiante, mi-confiante, saisit le bras vigoureux de son mari. Elle est le type même de la femme juive qui parle avec loyauté à son époux : « Je te suis jusqu'au bout du monde ; là où tu es, là est mon foyer ; ton sort est le mien ». Le jeune enfant est seulement curieux ; il ne comprend pas encore le grand événement qui se déroule devant ses yeux. Il n'en est pas de même pour le garçon. L'Arba Kanfoth (le vêtement religieux à franges) sur sa poitrine nue lui enseigne d'une manière symbolique que sa race sera finalement rassemblée des quatre coins de la terre ». Il se tourne donc avec une ferveur ardente et une profonde détermination vers le destin annoncé par la messagère, buvant ses paroles et impressionné par son aspect sympathique ; il est prêt à la suivre, quels que soient les sacrifices que cela peut demander, les combats qu'il lui faudra mener, et les luttes à soutenir.
    Voici l'explication des figures symboliques de la médaille du Congrès Sioniste, traduite par l'organe sioniste officiel « Die Welt » (Le Monde) de Vienne tandis que le verso de la médaille comporte en lettres hébraïques, ce qui est traduit ci-après :
    « Ainsi dit le Seigneur, l'Éternel : Voici, je prendrai les fils d'Israël d'entre les nations où ils sont allés, et je les rassemblerai de toutes parts, et je les ferai entrer dans leur terre » Ézéch. 37 : 21.
    « Qui, parmi ceux qui lisent ces signes des temps, peut fermer les yeux devant la part importante que le rétablissement d'Israël en Palestine est destiné à jouer dans le progrès de l'humanité ?
    « En revoyant les événements de l'année, rien n'apparaît aussi grand, aussi significatif, ni aussi chargé de bénédictions incalculables pour l'avenir de notre peuple que le réveil d'Israël manifesté par plus de 400 délégués venant de tout pays et de toute région au Second Congrès de Bâle ».
    Dans la W.T. de février 1902 (R 2946), met en évidence le scepticisme du New York Tribune concernant les perspectives du Sionisme, d'une part et de l'autre la confiance de M. I. ZANGWILL, tout comme celui de C.T. Russell, dans son avenir :
    LES PERSPECTIVES SIONISTES VUES PAR LE N.Y. TRIBUNE
    Le Mouvement Sioniste a-t-il une chance d'atteindre son but ? « Très petite ». Il semble que l'indifférence méprisante des intellectuels et des riches Juifs était suffisante pour dissiper rapidement le rêve de leurs co­religionnaires, de retourner vers la terre promise. Ces derniers, à coup sûr, ont à leur avantage le plus grand nombre, et la foi, mais les rationalistes se sont rangés contre eux, pour qui le vrai Messie est la Révolution française qui amena leur émancipation ; la prudence des rabbins, proclamant qu'à partir de ce moment-là les Juifs n'avaient pas d'autre pays que celui de leur naissance (déclaration des grands rabbins de France, d'Angleterre, d'Autriche, de Hongrie au Congrès de Bâle en 1897) ; les financiers sans lesquels rien ne peut être fait, et qui ne sont pas désireux d'échanger leurs banques, leurs industries, leurs palaces pour le sol désolé et pauvre de la Palestine ; les politiciens, pour qui l'intégrité de l'Empire Ottoman est devenue un dogme, et qui ne permettraient pas qu'un État juif s'élève au sein des états asiatiques du Sultan.
    Toutes ces puissances du monde moderne, le rationalisme, la richesse, la politique, barrent la route de ces âmes simples, pieuses qui persistent à essayer d'obtenir la délivrance d'Israël, qui rêvent à un temple autre que la Bourse et qui aspirent à la Terre Promise avec toute l'ardeur des Juifs de la captivité babylonienne ».
    Exactement ! la sagesse du monde manque de discerner certaines questions, même lorsqu'elles se réalisent. La Tour de Garde et l'Aurore mirent en évidence le mouvement Sioniste actuel d'après la Parole de Dieu, longtemps avant que ses fondateurs n'y pensent. Depuis 1878, lorsque le « double » du châtiment d'Israël prit fin, la terre a été en préparation pour le peuple et le peuple pour la terre. Au temps convenable pour Dieu, et ceci est proche, ils se retrouveront. Entre temps, des persécutions dans différents pays sont les aiguillons, les « agents » de leur Berger, afin de les réveiller et diriger leur cœur vers les promesses dont ils sont les héritiers — Rom. 11 : 26-29.
    LE SIONISME D'UN POINT DE VUE LITTÉRAIRE
    A l'Éditeur du N.Y. Journal :
    Je ne suis pas un prophète, mais il me semble, assurément, que sans le Mouvement Sioniste, et sans les persécutions de l'extérieur, des communautés juives isolées n'ont pas suffisamment de semence de stabilité dans un monde dont la civilisation est déjà construite sur les données de l'Ancien Testament. Malheureusement, les persécutions sont encore certaines, particulièrement en Russie et en Roumanie, et heureusement le Sionisme fait de grands pas. 1901 sera historique comme étant l'année durant laquelle le dirigeant de la Palestine — le Sultan de Turquie, reçut le Dr Herzl, et clôturera, de manière caractéristique, le cinquième Congrès Sioniste. Chaque congrès met en lumière une montée de l'enthousiasme et des espérances de ce qui paraissait, il y a cinq ans, être la vision folle d'un rêveur du Ghetto. En frappant la corde raciale, le Dr Herzl a frappé la corde qui sonne le plus vrai, et il ne fait pas de doute que la fraternité d'Israël renferme les éléments d'une force politique. Alors que même l'Amérique commence à refuser l'entrée aux émigrants Juifs, il n'y aura plus d'endroit pour la plante de leur pied excepté en Palestine, et ainsi, les forces extérieures et intérieures commencent à se mettre d'accord et à travailler ensemble définitivement — la force démoniaque de la persécution, la force juste du Sionisme.
    Bien à vous, I. Zangwill.


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 27 Oct 2023 - 12:37




    L'EAU COULE A NOUVEAU DANS LA PISCINE DE SILOAM

    « Pendant plus de dix ans, la piscine de Siloam ne fut qu'un nom. Les visiteurs de la Palestine qui virent ce lieu historique des années passées, découvrirent que ses eaux curatives ont disparu. Tout récemment, les eaux de Siloam se sont remises à couler, et il y eut une grande réjouissance en Terre Sainte. Il semble que l'eau a particulièrement manqué ces temps derniers à Jérusalem, et l'idée vint à quelques habitants de Siloam d'essayer de voir si la source qui alimentait la piscine était réellement asséchée. Des tonnes de déchets accumulés furent enlevés, et après un mois environ de travaux, la source fut trouvée. Les pioches mécaniques découvrirent, derrière quelques rochers éboulés, un vieil aqueduc courant dans la vallée du Cédron, et dans cet aqueduc, l'eau merveilleuse, fraîche, claire avait coulé et était gaspillée depuis des années ».

    Nous passons sur le Congrès Sioniste de 1903 rapporté dans la W.T. du 1er octobre 1903.

    C'est dans la W.T. du 15 août 1904 (R 3412) que nous trouvons l'annonce de la mort de HERZL avec un commentaire, basé sur les Écritures, qui rejoint l'opinion politique de partisans du Sionisme « en Sion » et non en Afrique ou en Amérique du Sud.

    LA STABILITÉ DU SIONISME

    La mort du Dr T. Herzl, le principal conducteur du « Mouvement Sioniste » parmi les Juifs, est semble-t-il une grave perte — calculée pour empêcher le progrès du mouvement pour le rétablissement en Palestine d'un État Juif sous la protection ou la suzeraineté de la Turquie ou des grandes puissances du monde. Cependant, d'un autre point de vue cela peut faire du bien — enseigner à ceux qui sont intéressés qu'ils ne doivent pas se confier en l'homme, mais en Dieu. Le temps du rassemblement des Juifs fidèles en Palestine est arrivé, selon les Écritures, et il ne se passera pas beaucoup de temps avant que la porte de « l'occasion favorable » leur soit ouverte. Dieu est le conducteur réel du Mouvement et Il les guidera dans Sa propre voie. On comprend que le Dr Herzl considérait d'un oeil très favorable l'offre du gouvernement britannique de tout ce que les Juifs désirent à présent, dans un endroit éloigné au Sud de la Palestine, en Afrique. Le maintien du Dr Herzl à la tête du mouvement aurait pu se prouver opposé aux intérêts de l'arrangement divin centré en Palestine. « Voici, je les rassemblerai de tous les pays où je les ai chassés... Comme j'ai fait venir sur ce peuple tout ce grand mal, ainsi je ferai venir sur eux tout le bien que j'ai prononcé à leur égard » — Jér. 32 : 37-42 ; 31 : 27-40.

    La W.T. du 15 septembre 1905 (R 3627) relate, avec une analyse de C. T. RUSSELL, et en termes émouvants, le 7ème Congrès Sioniste, le premier auquel n'assistait pas HERZL.

    LA DIVISION DU SIONISME SUR LES PRINCIPES DE LA FOI

    La récente division des « Sionistes » en deux clans porte évidemment sur les idéaux de la foi et l'incroyance — un criblage. La mort du Dr Herzl a préparé la voie. Zangwill, un des principaux dirigeants qui suivirent, a encouragé l'acceptation de l'offre faite par le gouvernement britannique d'une étendue de terre en Afrique, large et fertile, située à presque 1 000 miles (environ 1 600 kms) au Sud de la Palestine. Il y mit toute la puissance de son influence et en entraîna un grand nombre qui, sans aucun doute, tout comme lui-même, voyaient le mouvement Sioniste d'un point de vue purement humanitaire.

    Il faut rendre honneur au mouvement en général d'avoir rejeté la proposition. Ceci prouve que le Mouvement Sioniste n'est pas simplement favorable à une amélioration sociale des Juifs russes, mais qu'il considère surtout le rétablissement de la race, bâti sur la foi dans les promesses divines qui se rattachent à la Palestine — la Terre de la Promesse. Il convient de noter qu'aucun représentant américain ne rejoignit le parti de Zangwill, bien que celui-ci ait visité ce pays spécialement pour plaider en faveur de l'acceptation de l'offre britannique.

    LA FOI GRANDISSANTE DU MOUVEMENT

    Il convient de noter également que chaque année ce Mouvement Sioniste gagne la faveur des Juifs. A son début, il y a quelques années, les érudits généralement le raillaient. A présent, nous lisons que, malgré la mort de son dirigeant capable, le Dr Herzl, le dernier Congrès tenu à Bâle, en Suisse, fut un rassemblement de grands talents, intellectuellement parlant. Le mouvement est en harmonie avec les prophéties, et un retard quelconque ne servirait qu'à enflammer le désir, l'espérance et la foi nécessaires à une entrée réussie dans le Pays dès que les Turcs accorderont le privilège d'y rentrer et d'y former dans une certaine mesure un gouvernement autonome.  

    Dans une déclaration signée, le Professeur Warburg, de l'Université de Berlin, un éminent Sioniste et économiste déclare :

    « Les résolutions de l'Afrique Orientale ne sont pas un retour en arrière. Le fait que le Sionisme peut se permettre de décliner l'offre britannique est une preuve de sa force et de sa détermination à rester inébranlable dans l'adhésion à ses principes fondamentaux. Le Sionisme n'envisage pas une expérience économique, mais le renouveau d'une vie nationale par les Juifs, pour qui l'avenir se trouve en Orient. Le monde doit se rendre compte que les Sionistes sont déterminés à ce que la Palestine soit restituée à Israël.

    Un compte-rendu de presse sur la conférence relate ainsi certaines de ses particularités :

    Herzl fut appelé le nouveau Moïse, d'abord ironiquement, mais maintenant il mérite le nom sérieusement. Ses paroles sont citées partout comme étant celles du nouveau prophète de l'Israël rétablie.

    Des représentants de l'aristocratie intellectuelle mondiale étaient présents. Je ne crois pas qu'aucune séance du Parlement jamais tenue ne l'ai égalée en puissances intellectuelles. La fine fleur du peuple juif y était présente. Les orateurs s'exprimaient en Anglais, en Allemand, en Russe, en Français et en Hébreu classique. Tous les types physiques étaient représentés — des géants, des nains. Des rabbins de Jérusalem en habits orientaux s'entretenaient avec des baronnets anglais, tous liés ensemble par l'idée commune de reconstruire l'État Juif en Palestine, où les Juifs, actuellement écrasés par les lois cosaques, montreront au monde ce que la race peut accomplir avec des efforts concertés. Des Universitaires et des écrivains étaient là ; les premiers, Nordau et Marmock de Paris, Warburg de Berlin et Zangwill de Londres.

    Nordau, pâle d'émotion, ouvrit la séance, se tenant debout près du siège vide d'Herzl. On pouvait entendre des sanglots dans la salle alors que, avec un talent oratoire remarquable, Nordau faisait l'éloge du dirigeant défunt devant un auditoire immense, debout, tête penchée, l'attitude juive dans le deuil.

    Nordau a condamné l'égoïsme des Juifs qui, bien que les mieux à même de seconder les efforts d'Herzl, se tenaient à l'écart. Il décrivit le peuple juif comme une famille divisée en son propre sein. Il s'écria, « Notre peuple avait Herzl, mais hélas, Herzl n'avait pas de peuple ».

    S'adressant à Herzl comme s'il était présent, il invoqua la personnalité impériale du dirigeant disparu, disant : « Reposez en paix, car ce que vous avez construit, nous le garderons précieusement à jamais ».

    A aucun moment, C. T. RUSSELL ne douta de la victoire du Sionisme, même quand ses principaux dirigeants étaient perplexes et découragés. Il n'est donc pas étonnant de trouver dans la W.T. du 15 septembre 1906 (R 3855), un long article rappelant l'histoire du Sionisme, les souffrances des Juifs en Russie, leurs difficultés avec le Sultan de Turquie, celles avec l'Égypte qui encourageait presque à une guerre sainte, et l'attitude de la presse catholique romaine commentant de façon violente et antisémite le verdict acquittant Dreyfus. La longue analyse qu'il fait de la situation politique en Europe à l'époque, amène C. T. RUSSELL, dans cet article, à reproduire ce qui suit avec le sous-titre :

    LES SIONISTES REPRENNENT COURAGE

    La mort du Dr Herzl, le conducteur reconnu du Mouvement Sioniste, fut sûrement un grand coup pour ce dernier. Cependant nous devrions rechercher la providence de Dieu à ce sujet, et elle apparaît maintenant. Le Dr Herzl était incliné vers la formation d'un État Juif avec des droits accordés par une charte, ce que le Sultan de Turquie, le chef de la Palestine, ne voulait pas accorder. Simultanément, avec la mort du Dr Herzl, les conditions en général ont changé : les Juifs, sous un nouveau conducteur, le Dr Warburg, ont abandonné les aspirations politiques présentes presque au moment même où le Sultan faisait paraître un édit permettant l'établissement des Juifs en Palestine.

    On lira avec intérêt, dans le Jewish Exponent le rapport de la Convention Sioniste Américaine de juillet. « Il y a trois sujets importants qui seront à jamais attachés à cette convention — le travail pratique en Palestine, le financement de la Fédération et l'antagonisme officiel envers le Territorialisme. Le discours savant du Dr Warburg et le rapport sur la Palestine vinrent comme une surprise complète. Ce fut comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ou, devrais-je dire autrement, un rayon de soleil venant d'un ciel sombre et menaçant. Hier les forces Sionistes étaient dans un désespoir profond ; l'idée d'un État Juif en Palestine ne semblait qu'une espérance lamentable qui était morte avec son créateur ».

    « Aujourd'hui un nouveau conducteur s'est levé. Le Dr Warburg leur montra ce pays, presque dans leur étreinte. Il n'y avait pas besoin d'un vagabond dans le désert, il n'y avait pas besoin d'un montreur de miracles. Ils pouvaient aller et posséder le pays immédiatement. Hier, ils ne pouvaient voir seulement leurs espérances réalisées que par l'État Juif. Le Sionisme Chovevi, qu'ils favorisèrent autant parce qu'il les conservait occupés, leur était désagréable. Il ne leur donnait qu'une espérance confuse. Aujourd'hui, ils voient  leur Sion par « le Travail Pratique en Palestine ». Le Dr WARBURG met de côté la doctrine de Herzl ; il leur dit, développez premièrement le pays, ensuite vous êtes dignes de l'État. Ce plan n'est pas seulement celui d'une petite colonisation, un plan qui propose seulement d'implanter de petites communautés agricoles jusqu'à ce que le pays déborde de ses membres. Il propose un développement complet commercial, industriel et culturel, aussi bien qu'agricole de ce pays. Son champ n'est limité que par un manque de reconnaissance politique, et il considère ceci comme de moindre importance, même si Herzl accordait à ceci la plus grande importance.

    La reconnaissance politique ornera seulement cet édifice, alors que Herzl la demandait comme le pilier de l'État. Bien que la Fédération ordonne aux « Comités d'Action de veiller et de prendre avantage des opportunités politiques », on ne peut cependant nier que le Sionisme politique a été subordonné « au principe d'un travail actif et immédiat en Palestine » tandis que c'était tout le contraire avec Herzl au gouvernail. Quels que soient les événements que ce changement puisse apporter, s'il sera ou non désastreux le temps seul le jugera ; mais l'effet immédiat du changement est déjà apparent. Il a insufflé une nouvelle vie dans le mouvement.

    La nouvelle impulsion qu'il a donnée aux Sionistes pour des efforts renouvelés peut difficilement être surestimée. Il faudra quelque temps pour réaliser en général l'effet prodigieux de ce changement. Durant l'année qui vient, notre forum sera occupé avec des discussions sur la Société de Palestine, le Syndicat Industriel de Palestine, le mouvement Bazalel et des mouvements apparentés. Notre presse fera écho des questions de musées, de galeries d'art, de collèges, d'oliveraies, des chemins de fer de Palestine, des mines et des industries de tissage. L'idée dominante de toute cette nouvelle phase du Sionisme est « Entrons et possédons le pays ».

    L'incertitude demeure cependant concernant l'avenir du Sionisme ; cela ressort de l'article paru dans le même « Jewish Exportent ». Nous reproduisons l'article repris par la W.T. du 15 septembre 1907.

    LES SIONISTES A LA HAYE

    Les centaines de délégués qui assistent au Congrès Sioniste tenu en ce moment à la Haye, sont venus de tous les pays du monde civilisé et de quelques pays qui sont encore loin de l'avant-garde du progrès humain. La force potentielle de volonté et d'esprit représentée dans un tel rassemblement s'adresse de façon pressante au jugement comme à l'imagination. Les délégués et le peuple qu'ils représentent ont dépassé depuis longtemps l'étape de la critique lorsqu'ils s'occupent du mouvement dans lequel ils sont fiers d'être enrôlés. C'est « une situation et non une théorie » qu'ils affrontent. Pour beaucoup, et même pour la grande majorité d'entre eux, le Sionisme fait partie du plus profond d'eux-mêmes. Ils s'imprégnèrent de son influence dès le moment où ils furent capables de comprendre les prières qu'ils répétaient avec respect. Leurs ancêtres ont prié pendant dix-huit siècles pour le rétablissement de l'état glorieux, et l'espérance est devenue impérissable dans les cœurs d'un peuple impérissable. Pour d'autres, la propagande n'est à un degré moindre, qu'une représentation de ce sentiment. Elle est plutôt leur réponse à l'ostracisme, à la bigoterie et à l'interdiction, qui ne sont pas limités aux pays aveuglés de l'Est, mais ont donné l'orientation aux professions de notre civilisation dans presque toutes les autres parties de la terre. C'est une réaffirmation, chez les hommes dont les principes religieux sont souvent relâchés, de l'esprit intouchable qui a refusé de s'incliner devant la puissance d'une armée de bigots, de despotes et d'inquisiteurs.

    La section importante conduite par Ussischkin, l'un des dirigeants de la délégation russe, est déterminée à demander aux délégués de se déclarer favorables à un travail pratique immédiat en Palestine. Nordau et ses disciples sont également déterminés à adhérer au plan original, de concentrer tous les efforts pour garantir la charte de la Palestine afin d'y obtenir une patrie légalement assurée dans ce pays pour les Juifs, avant d'y entreprendre la mise en œuvre de travaux importants. L'impatience du contingent russe est facile à comprendre si l'on considère la pression terrible dans leur pays. Le danger de s'embarquer dans des projets audacieux sans une garantie convenable de la part du Sultan et de son gouvernement est si grand, cependant, que l'impétuosité sans la prévoyance n'est pas à encourager. Ceux qui sont déjà en Palestine peuvent être aidés sans danger par l'institution d'entre­prises légales. Les méchants de la Halukah peuvent être éliminés, et l'arrivée des paresseux et des indigents découragée. En plus de cela, le travail pratique n'est pas sûr à l'heure actuelle. Savoir si l'organisation peut poursuivre sa force numérique en l'absence de résultats définis et marquants est une question qui a provoqué beaucoup de soucis aux Sionistes ardents. A l'heure où j'écris il n'y a aucune raison pour anticiper un arrêt dans l'intérêt pour la cause.

    Mais dans le même numéro de la W.T., il y a un article très significatif tiré du « Journal de Montréal » et représentant bien la détermination des Sionistes de l'époque.

    RETOUR EN PALESTINE

    «  Un nombre important de citoyens hébreux se sont rassemblés à la Synagogue de la rue St. Urbain à Montréal, dimanche, pour y écouter le rapport officiel de la Conférence Internationale Sioniste, tenue récemment à Cologne, et le programme adopté par cette conférence pour la remise en route immédiate des opérations de réinstallation du peuple Juif en Palestine, à la suite de l'ouverture de la Terre Sainte par le Sultan pour l'établissement juif.

    «  M. Clarence I. de Sola, en sa qualité de membre du Comité d'Actions, ou Chef du Conseil Exécutif du Mouvement Sioniste, a soumis le programme des opérations en Palestine qui fut décidé à la Conférence de Cologne. Il déclara que l'information concernant l'abolition, par le gouvernement Turc, de l'application des lois interdisant jusque là l'installation des Juifs en Palestine, a été la nouvelle la plus émouvante qui ait touché les oreilles juives depuis un siècle. A la suite de la levée des barrières, un flot d'immigrants juifs de Russie vers la Terre Sainte s'est maintenant installé, ce qui représentait de grandes proportions.

    « M. de Sola fit remarquer, qu'au moment même où les persécutions en Russie chassaient des centaines de milliers de Juifs des possessions du Tsar, les portes de la Palestine leur étaient ouvertes. Ils pouvaient voir dans tout ceci la main de la Providence divine, et c'était le devoir suprême de chaque Juif de saisir l'occasion favorable qui se présentait maintenant pour, non seulement des dizaines de milliers, des centaines de milliers, mais pour des millions de colons hébreux de s'établir en Terre Sainte, afin qu'ils reprennent bientôt possession du pays qui avait été promis à leurs ancêtres. Ce fut afin de faire prendre corps à cette idée que les dirigeants Sionistes de la conférence de Cologne avaient arrêté le programme des opérations en Palestine.

    « Il déclara que le programme établi était du genre à engendrer une telle révolution dans la situation en Palestine, qu'il ferait rivaliser celle-ci avec n'importe quel pays de l'Ouest, en esprit d'entreprise et en prospérité. Voilà ce que les Sionistes entreprennent maintenant, mais pour mener à bien le programme, les Juifs du monde doivent contribuer largement aux fonds du Mouvement. Il leur a, par conséquent, lancé un appel pressant afin qu'ils souscrivent aux rentrées pécuniaires du Crédit Colonial Juif [Jewish Colonial Trust] et du Fonds national Sioniste [Zionist National Fund], ainsi qu'au fonds de la Commission de la Palestine, le comité spécialement chargé des opérations, et à l'Institut Technique Bezaleel à Jérusalem, qui fournit la nouvelle génération en Palestine, dans les arts et les travaux manuels. Ceux-ci étaient les moyens financiers du Mouvement et ils ne pouvaient accomplir leur travail que s'ils étaient aidés.

    « Le rabbin Herman Abramowitz fut l'orateur suivant. Il peignit comme des époques rayonnantes, les conditions heureuses auxquelles les Juifs seraient rendus s'ils profitaient seulement de l'occasion favorable qui leur était actuellement offerte de réinstaller leur peuple en Palestine.

    « Le rabbin Meldola de Sola s'adressa ensuite à l'assistance, leur adressa un appel des plus pressant afin qu'ils apportent leur aide au travail entrepris maintenant en Palestine. Il déclara que les premiers mots que le Prophète Jérémie prononça en se lamentant sur leur captivité furent des mots de douleur pour la destruction de Sion, et que pendant deux mille ans ils n'ont jamais cessé d'entretenir l'amour pour Sion, et de prier pour un rétablissement là-bas. L'ouverture pour les Juifs de la Palestine par le gouvernement turc fut un événement d'une signification si formidable qu'elle devrait être rangée selon le même ordre d'importance que l'édit de Cyrus, Roi de Perse, lorsque celui-ci permit aux Juifs de retourner en Terre Sainte après la captivité babylonienne, et ils devraient remercier Dieu de tout leur cœur de les avoir gardés en vie et de les avoir soutenus pour jouir de cette époque. Il montra, à l'aide de nombreuses citations bibliques, qu'il était de leur devoir d'aider à ce travail de rétablissement.

    LE CONGRES SIONISTE DE 1907 tenu à La Haye est également mentionné en bonne place dans la W.T. de sept. 1907 (R 4056), avec la reproduction du compte-rendu paru dans le « Jewish Exponent » et un article à ce sujet dans le Montréal Journal.

    Enfin, le 9 octobre 1910, invité par un comité juif, C.T. RUSSELL s'adressait à 4 000 notabilités juives réunies à l'Hippodrome de New York par ce même comité. Pour l'avoir expérimenté nous-même et compte-tenu des souffrances infligées durant des siècles au peuple juif par la prétendue chrétienté, nous comprenons qu'un silence presque glacial ait accueilli C.T. RUSSELL. Qu'est-ce que ce goy pouvait bien avoir derrière la tête ! Le « New York American » du 9 octobre 1910, dans son édition du soir, rapporte ce qui se passa dans un article que devraient connaître tous nos amis juifs. C.T. RUSSELL avait introduit sa conférence uniquement par l'hymne « Jour heureux de Sion » chanté sans accompagnement musical par un double quatuor de chrétiens, disciples de RUSSELL, de son assemblée de Brooklyn. Au fur et à mesure que RUSSELL parlait, expliquant les prophéties, en particulier Ézéch. 37, le Psaume 102 : 14-17, etc., ses données chronologiques appuyant ses explications, la froideur laissait place à l'étonnement, puis à l'émotion et enfin à un véritable enthousiasme atteignant son paroxysme avec un tonnerre d'applaudissements lorsque C.T. RUSSELL dirigea un chœur de chrétiens chantant sans accompagnement musical « HATIKVA » (NOTRE ESPÉRANCE) ; toute l'assistance se joignit bientôt à ce chœur. On peut trouver le récit complet de cette réunion mémorable paru dans la W.T. du 15 oct. 1910 (R 4700) dans une brochure « ESPÉRANCES ET PERSPECTIVES JUIVES ».

    Les écrits de RUSSELL concernant les Juifs et le Sionisme comme « ESPÉRANCE DU MONDE » et pas seulement du peuple juif, couvrent des volumes entiers. Il existe de nombreuses références aux W.T. de 1910 à 1916, telles que R. 4728, 4764, 4953, 5107 et 5503, etc.., mais l'espace ne nous permet pas de les citer ici. Nous espérons le faire dans une brochure spéciale. En détruisant à la base, et avec les écrits même du Nouveau Testament, les erreurs doctrinales servant à soutenir l'accusation de déicide, stupide et blasphématoire en elle-même, à l'encontre du peuple juif, C.T. RUSSELL a fait bien au-delà de la défense du SIONISME. Sans connaître exactement le moment et la nature de l'épreuve finale d'ISRAEL, alors rassemblé sur SA terre, épreuve présentée sous les termes « Seconde Phase de la Détresse pour Jacob », C.T. RUSSELL en a beaucoup parlé et écrit. Il a montré qu'ISRAEL serait entouré et assailli de tous côtés par les restes des armées anarchistes venant du Nord, ainsi que l'écrivent les prophètes Ézéchiel aux chap. 38 et 39, Zacharie 12 et 14 : 1, 2, etc. ; c'est alors que, le peuple criant à Lui, l'ÉTERNEL interviendra au moyen du Messie, attendu par les Juifs et les chrétiens sincères et amis d'Israël, pour délivrer définitivement Son peuple choisi.

    A l'heure où, qu'on le reconnaisse ou non, racisme, antisémitisme et antisionisme reprennent force, nous ressentons comme un devoir de faire connaître ces choses à nos amis et frères Juifs et israéliens certes, mais aux non-juifs également. C'est ce que nous faisons avec tous les moyens à notre disposition : brochures, périodiques et, éventuellement, radio et télévision, présentations dans les foires, nationales et internationales, etc., etc.

    E.B. 173 n° Spécial


     
     


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 27 Oct 2023 - 12:48

    -
    23

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Image1  C. T. Russell un grand juste

    http://www.israelvivra.com/index.htm







    ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

    *  *  *

    L'ESPOIR D'ISRAËL RÉVÉLÉ





    UN GRAND JUSTE,  JUSQU'A PRESENT MECONNU DU PEUPLE JUIF

     CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Epzm
    CHARLES  TAZE  RUSSELL

    Nous avons demandé au responsable de la Commission d'Israël du Mouvement Missionnaire Intérieur Laïque qui était Charles Taze Russell (1852-1916) que ces amis citent toujours dans l'action qu'ils mènent à nos côtés pour Israël de façon croissante depuis 10 ans. Après nous avoir montré qu'ils ont du mot « missionnaire » la compréhension attachée au rôle futur du peuple juif, excluant pour eux et selon les vues de C. T. Russell, toute idée de prosélytisme insultant et absurde, le responsable du M.M.I.L., Gilbert Hermetz, nous a montré que l'œuvre de Russell a commencé en 1874. Dès 1876, il annonçait l'imminence du début du retour du peuple juif en Palestine (d'alors). En 1877, 13 ans avant Herzl, il résumait ses conclusions sous forme de brochure. M. Hermetz a jugé qu'il serait mieux de laisser la parole à C. T. Russell dans les écrits suivants de sa main.


    Extrait de son ouvrage « Que Ton règne vienne », écrit en 1890 : « Le « rassemblement » d'Israël et son rétablissement dans le pays de la promesse marquent une autre étape dans le grand plan divin... le rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé par la bouche de tous ses saints prophètes depuis le commencement du monde « aux Juifs premièrement » mais en fin de compte « à toutes les familles de la terre », et qui est sur le point de commencer. »


    Invité par un comité juif de réunion publique composé de conducteurs juifs distingués, à s'exprimer devant 4.000 personnes réunies à l'hippodrome de New York le 20 septembre 1910 sur le sujet « Le sionisme dans la prophétie », il déclara : « Mon idée n'est pas que les 8.000.000 ou plus de Juifs du monde retourneront tous en Palestine, bien qu'on estime que le pays en nourrirait le double. Ma pensée est que quelques-uns d'entre vous, les plus sérieux et les plus saints, iront en Palestine subitement et que la renaissance de votre peuple sera un étonnement pour le monde ! »
    « Il y a trente ans (1880), [déclara-t-il à l'auditoire de l'Hippodrome], J'ai essayé de proclamer à Israël la bonne nouvelle que le temps était venu où Dieu se souvenait de Sion.
    Mais, apparemment, ceci était prématuré... Il y a vingt ans environ (1890), la Providence a suscité un grand conducteur, le Docteur Herzl, dont le nom est maintenant un mot familier à votre race. Tandis que votre peuple n'était pas prêt pour aucun message que je pouvais lui donner, continua-t-il. Il fut prêt pour ce que Dieu lui envoyait par l'intermédiaire de Herzl : un message d'espérance, un message d'aspiration nationale qui mit dans le cœur de votre peuple une nouvelle espérance concernant l'avenir des Juifs. »


    Devant un auditoire captivé, le pasteur Russell poursuivit disant que «   l'effort du Dr Herzl fut de faire que les fils loyaux d'Israël se relèvent de la poussière et aspirent à être une nation parmi les nations et à se pourvoir un foyer pour les persécutés de leur race en Russie et en Europe orientale ». «   Le Docteur Herzl, fit-il ressortir, frappa la corde sensible dans le cœur des gens ». Ensuite, il prédit que « le sionisme est sur le point de prendre une nouvelle vigueur ; que ses jours les plus prospères sont encore à venir... mais, selon ma compréhension des prophètes hébreux, le temps de la « détresse de Jacob » n'est pas encore terminé. On doit s'attendre à d'autres pogromes en Russie, et à d'autres atrocités ailleurs... »


    Le célèbre érudit en matière biblique déclara alors qu' « il est en vérité triste d'être obligé d'admettre que ces tribulations viendront probablement sur vous de chrétiens déclarés. Combien je ressens de honte pour ceux qui déshonorent ainsi le nom et les enseignements de mon Maître, je ne peux pas trouver de mots pour l'exprimer... Ils sont trompés. »


    Et M. Hermetz ajoute : les événements ont prouvé de manière éclatante la justesse de ces vues et galvanisé disséminés un peu partout dans le monde des disciples de cet homme étonnant. Ils sont aux côtés d'Israël dans la joie, ils sont à ses côtés dans la peine, selon le Prov. 17 : 17 : « En tout temps, l'ami est fidèle à son affection : il est naturellement un frère dans le malheur. »


    Mais ils ont une confiance absolue dans le destin d'Israël. Non seulement après ses dernières épreuves il conservera et acquerra toute la terre qui lui appartient de droit historique, politique et religieux, mais Jérusalem demeurera sa possession éternelle, pour le bien de tous les humains. C'est la parole de l'Éternel.


    Le fait qu'un jour l'œuvre de Russell puisse être mieux connue du peuple juif et lui apporter le réconfort sera pour ces amis le meilleur des encouragements à poursuivre leur lutte.




    Lettre de nos lecteurs
                   Je tiens maintenant à vous féliciter sincèrement pour la présentation du dernier numéro d' « Actualités ». En plus de la valeur intrinsèque de chaque article, on y trouve du travail d'artiste : choix des divers caractères, photos, disposition harmonieuse et variée, cartes, schémas, tout y est. J'ai montré ceci à notre équipe d'imprimeurs bénévoles ; ils en ont été émerveillés.
                   Bravo à toute votre équipe et à vous-même.
                   Avec un cordial Shalom.

    Gilbert HERMETZ
    Revue mensuelle d'informations — n° 6 février 1981
    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Vp0z


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Ex-témoin de la watch
    Ex-témoin de la watch
    Membre - Actif
    Membre - Actif


    Sexe : Masculin ***
    Messages : 1629
    Date d'inscription : 03/09/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Ex-témoin de la watch Ven 27 Oct 2023 - 14:52

    SIONISMO en la Organización WATCHTOWER de los Testigos de Jehová
    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 HfGTa0yQMowk6kMoydeeL8fPubOBuFsBcX-XR-_p30TdiuKPFws02ABQdCDOuJwsCjiNmUBaLA=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj
    MAROONED JW


     26 oct. 2023  #testigosdejehová #jehovahwitnesses #watchtower

    ¿Fue alguna vez Sionista la Organización Watchtower de los Testigos de Jehová?, ¿Qué dice su literatura de antaño?


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 7D9FEK51bHS_AxaPg3CL8l62PiSFW57M-mkxBpBcATI9kqw_7fUpIOPzw5gTYhZEaRjfu-qjaKjouBeh=s112-w112-h64-nd
    26:37
    RUSSELL et les ÉTUDIANTS DE LA BIBLE / PARTIE 1 (Blog 05)
    de MAROONED JW


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 IKqwGLz9nHReBUARiRtIDfeLE25PcW8mPHoYX2-gHJ53Af7NGWZ8cp_OXko6UJ--_CSMZ465712LS7IagI_6Vwy-=s112-w112-h64-nd
    22:48
    Charles Taze Russell et les Pléiades :sparkles: (Blog 85)
    de MAROONED JW


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 TbgyQpBHSdlMCL3x4lSWSbeNPME_JUTBfGvi6XYpBocx96-6otLDHKEcsbdlUqij6fqMdbKy0r7ptY3bC21em_R0=s112-w112-h64-nd
    31:57
    CHARLES TAZE RUSSELL y la PIRAMIDOLOGÍA :mag: (Blog 09)
    de MAROONED JW


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 IYThlK0ZLxwocBucIN98OkxpHReTJpj3H5Yib8BsxpoC2tBl18DFoNOlLw456r6QFdpf2bMOpBNfxlk3u04lCQZ9=s112-w112-h64-nd
    33:43
    RUTHERFORD y la casa 'BETH-SARIM' (Blog 17 )
    de MAROONED JW


    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 BEBYycq4AO-9U8y4JpzFB2rekNvfwEafhBQ9W9MSfQOBuq0nETHaq2LB85VxkNSjTjBjAXBF_TrMu-iu=s112-w112-h64-nd
    39:31
    RUTHERFORD y la Watchtower; de 1926 a 1942 (Blog 18)
    de MAROONED JW



    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 APkrFKZ_ytwnftOs0es04PlL_wv8OE6h5Jz4i3qJVtC7gMOzIg_SbJLhhEXKLR4ZgkRX=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    @sofiac1222

    Excellent travail de recherche ! Très rigoureux, de grande qualité et très bien présenté. Je suis témoin depuis 20 ans et j'ignorais complètement cette affaire. Cette vidéo est très précieuse. Je vous donnerais 1000 likes si je le pouvais, car vous êtes l'un des meilleurs en matière d'activisme. Merci et salutations d'Espagne.



    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 APkrFKbfp6na0M1txdcA-oS5qn3bD3oWPNNbh_vOOw=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    @JOSSSELLO

    Incroyable que cette idée de prétendue « apostasie » soit également présente chez les mormons et les adventistes.



    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 APkrFKYQk3ubOhGYTfTTao3UYo0W4BOKSr49eiMUrw=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    @ruthbesmae5939

    Félicitations pour l'excellent documentaire que vous avez réalisé. Fantastique!!! C'est vrai, ce sont des sionistes, un jour on saura plus de choses. Salutations depuis l'Espagne



    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 APkrFKY4Cjx4potNwnTqo0LebY-FeICUfBwhXZMZC_bUHYqyXGEfU23ttKFXVzHyoNw_=s48-c-k-c0x00ffffff-no-rj

    @irlanda9910

    Excellent brun ..informations complémentaires pour rendre possible la libération de nombreux captifs ..il est temps de se réveiller ce guide d'information ajoute à l'importance d'en savoir plus sur cette secte ..association avec l'ONU Russel et Netanyahu qui pourraient y croire Et maintenant quelle surprise va manquer et je suis toujours là en train d'être pimo


    _________________________________________________________________________________________________________
    Tout ce que vous avez dit en secret sera crié sur les toits en terrasse - Luc 13:3. C'est bien ce qui se passe avec internet depuis une bonne dizaine d'années
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Dim 29 Oct 2023 - 18:33

    EX-Témoin a écrit:
    CL Watchtower a écrit:J'ai entendu sur un vidéo YouTube que, C.T. Russell, et sa famille, avait des origines juives ou étaient carrément issus d'une famille juive. Est-ce vrai ? Personnellement, je n'ai jamais entendu chose pareille sur lui !

    moi non plus j'ai jamais entendu qu'il était d'origine juif, à moins que le collège central le cache

    Je ne le sais pas moi non plus, mais, je pense que celui qui a affirmé cela ne savait pas de quoi il parlait   ciaoooo


    Voici l'histoire vu du Québec:


    Un article de la Mémoire du Québec (2022).


    • Mouvement adventiste basé sur la conviction que la fin des temps est imminente et que Jésus-Christ va revenir établir le Royaume de paix et de justice, faisant de la terre un paradis où les Témoins de Jéhovah vivront éternellement. En 1991, il y avait 168 375 Témoins de Jéhovah au Canada et près de 4 millions dans le monde.


    • Éphémérides -


    Vers 1870, Charles Taze Russell un presbytérien aurait perdu la foi. Il rencontre Joseph Wendell, un prêcheur adventiste. Il organise alors un groupe d'étude de la Bible à Pittsburg, Pennsylvanie, États-Unis.

    Vers 1873 Charles Taze Russell lance la revue d'enseignement religieux Watchtower/La Tour de garde.

    Fondation du magazine Zion's Watch Tower par Charles Taze Russell (1852-1916) à Philadelphie (USA) ; il prévoit la fin du monde en 1914 et le retour de Jésus sur terre où il règnera pendant 1 000 ans avant de remettre les clés du royaume à Jéhovah.

    En janvier 1976, Russell rencontre Nelson Harbour éditeur d'un périodique adventiste

    1880 Publication du livre de Charles Taze Russell, Food for Thinking Christians.
    1884 Incorporation de la Zion's Watch Tower Tract Society.
    1886 Fondation à Toronto d'une première Congrégation des Jehovah's Witnesses par William Brookman.
    1893 Premier congrès de la Zion's Watch Tower Tract Society à Chicago.
    1914 La fin du monde n'étant pas survenue.
    1916 Décès de Charles Taze Russell. Établissement d'une Congrégation des Bible Students (Jehovah's Witnesses) à Montréal.


    1917
    (6 janvier 1917) Joseph Franklin Rutherford (1869-1942) est élu président de la Zion's Watch Tower Tract Society ; il affirme que la fin du monde a bien eu lieu et que le second avènement du Christ est survenu en 1914, mais le phénomène s'est produit dans un monde invisible ; Rutherford fixe la fin du monde à 1925.

    :Laughing:

    (Juillet 1917) Parution du livre de Russell The Finished Mystery ; Rutherford aurait retouché le texte de Russell, ce qui entraîna la scission de la Society en deux groupes : le Pastoral Bible Institute et le Laymen's Home Missionary et, dans le nord-ouest des USA, les Standfasts fidèles à la doctrine de Russell. En vertu de la Loi des mesures de guerre, le livre de Russell, The Finished Mystery, et le périodique The Bible Students Monthly sont interdites au Canada et l'International Association of Bible Students est déclarée hors-la-loi.

    1918 (Mai) Rutherford et sept autres officiers de la Society sont arrêtés et condamnés entre 10 et 20 ans de prison à cause de leur opposition publique à la guerre.

    1919 Rutherford et les sept autres officiers sont acquittés et libérés de prison. Fondation du périodique Golden Age (qui deviendra Awake !).

    1924 La Society ouvre une station de radio privée à New York.

    1924-1925 Plusieurs Bible Students qui distribuent leurs publications sont arrêtés dans plusieurs municipalités du Québec et accusés de propager des propos blasphématoires.

    1927 Rutherford donne un premier discours sur un réseau de radio international.

    1931 Jusque-là appelé Dawnites, Russellists, Watch Tower Bible people, étudiants de la Bible ou Rutherfordists, les membres de la Society adoptent le titre de Témoin de Jéhovah / Jehovah's Witness. Les Témoins de Jéhovah commencent à faire du porte-à-porte, leurs quatre stations de radio canadiennes ayant vu leurs permis révoqués et les discours de Rutherford étant interdits au Canada à partir de 1933.

    1933
    (3 octobre 1933) 158 personnes débarquent à Québec et distribuent en une heure et trente minutes 45 000 brochures de 3 titres différents.

    (27 octobre 1933) La ville de Québec adopte un règlement en vertu duquel la distribution d'imprimés est illégale à moins d'avoir été autorisée par le chef de police.

    1937 Le Parlement de Québec adopte la Loi de la propagande communiste au Québec (Loi du cadenas) sur proposition de Maurice Le Noblet Duplessis, premier ministre et procureur général de la province ; en vertu de cette loi, nul ne peut utiliser sa maison pour propager le communisme ou le bolchévisme de quelque façon que ce soit ; de plus, la police peut sans mandat saisir et détruire toute publication qu'elle considère suspecte au regard de cette loi.

    1938 Le président Rutherford proclame que la Société est une théocratie.  :Laughing:

    1940 (4 juillet) Un décret du Gouvernement du Canada adopté en vertu de la Loi des mesures de guerre interdit les Témoins de Jéhovah au Canada.

    1941 (13 janvier) Le Gouvernement du Canada déclare illégales au Canada la Watch Tower Bible and Tract Society et l'International Bible Students Association.

    1942 (8 janvier) Décès de Joseph Franklin Rutherford. Nathan Homer Knorr devient président de la Society.

    1943 (15 octobre) Le ministre de la Justice du Canada, Louis Stephen Saint-Laurent révoque les décrets du 4 juillet 1940. (13 juin) Le gouvernement du Canada annule le décret du 13 janvier 1941.

    1945 Vers la fin de la guerre mondiale, 4 300 Témoins de Jéhovah avaient été emprisonnés aux États-Unis pour violation des lois de conscription. (9 septembre) Plus de 1 000 personnes s'attaquent aux participants d'une assemblée des Témoins de Jéhovah à Châteauguay. (16 septembre) 17 Témoins sont arrêtés à Châteauguay pour avoir distribué des circulaires sans permis ; plus 1 500 personnes s'en prennent à des Témoins et en particulier à Frank Roncarelli, un restaurateur de Montréal et Témoin lui-même. Des Témoins qui posent des affiches à Lachine sont pris à partie par des jeunes et subissent un siège de 5 heures chez un de leurs membres, un bijoutier ; une assemblée est annulée lorsqu'une foule menace lele propriétaire de l'établissement où elle devait avoir lieu. (7 novembre) Les Témoins publient Sodom, Gomorrah and Catholic Quebec dans leur publication Consolation dans lequel ils dénoncent les événements de Châteauguay et de Lachine. Ils distribuent un tract intitulé La haine ardente du Québec. (21 novembre) Le premier ministre, Maurice Le Noblet Duplessis, déclare la guerre à tous les Témoins de Jéhovah à cause du tract La Haine ardente du Québec qu'il déclare séditieux et promet d'arrêter tous ceux qui l'ont distribué.

    1946 (Septembre) Il y a plus de 800 causes intentées contre les Témoins au Québec. Entre 1944 et 1946, Frank Roncarelli a servi de caution pour la libération de 393 Témoins accusés d'infraction aux règlements de la ville de Montréal ; la valeur totale des cautions soumises par Roncarelli s'est élevée à 83 000 $. (12 novembre) La Cour décide de ne plus accepter de cautionnement de la part de Roncarelli. (15 novembre) Les Témoins commencent la distribution du tract intitulé La Haine ardente du Québec. (21 novembre) Le premier ministre Maurice Le Noblet Duplessis sert un avis formel aux Témoins et à Frank Roncarelli d'arrêter la diffusion de ce qu'il considére comme de la propagande séditieuse. (25 novembre) Descente de la police dans une Maison du Royaume des Témoins de Sherbrooke ; la maison appartient à Frank Roncarelli. (30 novembre) Mgr John Dixon, évêque anglican de Montréal publie une lettre ouverte à Maurice Le Noblet Duplessis pour lui rappeler que «dans le domaine de l'application de la loi et de l'ordre, il ne devrait pas y avoir même le soupçon d'atteinte aux libertés civiles et religieuses des individus». (Décembre) Le Témoin de Jéhovah, Aimé Boucher est arrêté à Saint-Joseph-de-Beauce et poursuivi pour libelle séditieux pour avoir distribué la publication La Haine ardente du Québec. (4 décembre) Sous prétexte que l'argent gagné par Roncarelli dans son restaurant possesseur d'un permis de vente d'alcool sert à financer la «sédition», le premier ministre ordonne à la Commission des liqueurs de la province de Québec de révoquer son permis et de saisir toutes les bouteilles de boissons alcoolique dans son restaurant du 1429 de la rue Crescent à Montréal. (20 décembre) Les Comités d'action catholiques de Québec et Montréal félicitent Maurice Le Noblet Duplessis pour les mesures qu'il a prises à l'encontre des Témoins. (26 décembre) L'Assemblée des évêques de la province de Québec émet un communiqué dans lequelle elle dénonce les activités des Témoins de Jéhovah.

    1947 (Janvier 1947) Les Témoins distribuent de nuit un nouveau tract intitulé Québec, vous avez manqué à votre peuple. (28 mars 1947) Sanction de deux lois proposées par le Gouvernement de Maurice Le Noblet Duplessis qui amendent la Loi des cités et villes et le Code municipal permettant aux municipalités de mieux contrôler sur leur territoire la distribution de matériel imprimé et imposant des peines plus sévères pouvant aller jusqu'à trois mois de prison et 1 000 $ d'amende. (Octobre 1947) Roncarelli ne faisant plus de revenus suffisants, vend son restaurant de la rue Crescent.

    (Novembre 147) Aimé Boucher est reconnu coupable de libelle séditieux par un jury et condamné à un mois de prison.

    (Juin 1947) Roncarelli intente une action en dommage de 118 741 $ contre Maurice Le Noblet Duplessis personnellement.

    (Au cours de l'année 1947) 1 600 accusations ont été déposées devant les tribunaux contre les Témoins pour infractions à des règlements municipaux et particulièrement en vertu d'un règlement adopté en 1933 par la ville de Québec.

    1948
    (Novembre 1948) Damase Daviau demande une injonction à la Cour supérieure pour empêcher la ville de Québec d'interférer avec les activités des Témoins.

    1949
    (8 février 1949) La Cour du banc du banc du roi confirme maintient le verdict de culpabilité de libelle séditieux rendu en novembre 1947.

    (9 février 1949) Les Témoins présentent une pétition signée par 625 510 noms dont 70 000 sont québécois demandant une charte garantissant la liberté religieuse. Le premier ministre du Canada fait adopter une loi qui permet à la Cour suprême d'examiner la validité des lois adoptées par les provinces.

    (5 décembre 1949) La Cour suprême du Canada ordonne la tenue d'un nouveau procès pour Aimé Boucher condamné en 1947 pour libelle séditieux.

    1950
    (10 mai-17 mai 1950) Audition de l'action en dommage intentée par Frank Roncarelli contre Maurice Le Noblet Duplessis ; Roncarelli est représenté par Francis Reginald Scott et Albert-Louis Stein et le juge au dossier est Gordon Cecil MacKinnon.

    (18 septembre 1950) Le juge Léon Casgrain de la Cour supérieure déclare valide le règlement adopté en 1933 par la ville de Québec et qui défend la distribution de publications sans la permission du chef de police.

    (27 septembre 1950) Laurier Saumur, qui avait été arrêté et accusé 103 fois, reprend l'action abandonnée par Damase Daviau.

    (18 décembre 1950) La Cour suprême du Canada dans un jugement partagé (5 contre 4) décide que le tract La Haine ardente du Québec ne constitue pas un libelle séditieux parce qu'on n'y incite pas à la violence et à la résistance ; en conséquence, elle libère Aimé Boucher condamné en 1947 à un mois de prison pour avoir distribué ce tract.

    1951
    (2 mai 1951) Le juge Gordon Cecil MacKinnon accueille l'action en dommage de Roncarelli, et condamne Maurice Le Noblet Duplessis à lui payer 8 123,53 $ en compensation.
    (14 mai 1951) Maurice Le Noblet Duplessis interjette appel de sa condamnation et Roncarelli en contre-appel conteste le montant qui lui a été alloué.

    1952
    La Cour du banc du roi maintient la décision prise par le juge Léon Casgrain en 1950 sur la validité du règlement de la ville de Québec ; Laurier Saumur interjette appel de cette décision devant la Cour suprême du Canada.

    1953
    (Mai 1953) Le cardinal Paul-Émile Léger encourage les catholiques de son diocèse à combattre les Témoins.

    (6 octobre 1953) La Cour suprême du Canada maintient le règlement de la ville de Québec, mais lui enlève toute son efficacité contre la propagande religieuse ; 700 causes sont alors abandonnées dont 500 à Montréal et 200 à Québec.

    1954 (12 janvier 1954) Afin de contourner le jugement de la Cour suprême, Maurice Le Noblet Duplessis dépose une loi modifiant la Loi de la liberté religieuse et du bon ordre dans les églises ; intitulé Bill 38, elle est adoptée à l'unanimité ; elle fait des délits de la diffusion verbale, écrite, radiophonique ou télévisée de propos à «caractère outrageant ou injurieux pour les membres ou adhérents d'une profession religieuse».

    (28 janvier 1954) Le Bill 38 reçoit la sanction du lieutenant-gouverneur et entre en vigueur sur le champ.

    (29 janvier 1954) L'avocat des Témoins, Glen How dépose une demande d'annulation du Bill 38 et une injonction pour en empêcher l'entrée en vigueur.

    (Novembre 1954) Audition de la cause Duplessis vs Roncarelli par la Cour d'appel du Québec.

    1956
    (12 avril 1956) La Cour d'appel du Québec (les juges Bissonnette, Pratte, Casey et Martineau contre le juge Rinfret) accueillent en majorité l'appel de Maurice Le Noblet Duplessis et rejettent à l'unanimité la demande de Roncarelli.

    (27 avril 1956) Roncarelli annonce qu'il s'adressera à la Cour suprême du Canada pour faire casser le jugement de la Cour d'appel du Québec.

    1957
    9 mars 1957) La Cour suprême du Canada déclare inconstitutionnelle la Loi dite du cadanas instituée par le gpuvernement de Maurice Duplessis pour combattre le communisme.

    (18 juin 1957) La Cour supérieure procède à l'audition de la demande d'annulation du Bill 38 ; Maurice Le Noblet Duplessis est interrogé pendant 3 heures sur les intentions qu'il avait en proposant le Bill 38.

    1958
    (2-6 juin 1958) Audition de la cause Roncarelli vs Duplessis par la Cour suprême.

    1959
    (27 janvier 1959) La Cour suprême en majorité (6 juges contre 3) maintient l'action de Roncarelli et augmente ses dommages de 25 000 $ ; ils décrètent que Duplessis a commis un abus de pouvoir en ordonnant à la Commission des liqueurs de retirer le permis de Roncarelli et que le pouvoir de la Commission ne pouvait être exercé que pour des infractions à la Loi des liqueurs et non pour d'autres causes.

    (11 mars 1959) Duplessis annonce qu'il n'en appellera pas au Conseil privé de Londres de la décision de la Cour suprême du Canada; le Parti de l'Union nationale dirigé par Maurice Duplessis émet un chèque de 46 132 $ en faveur de Roncarelli ; ce chèque ne porte pas la signature de Duplessis.

    (7 septembre 1959) Décès de Maurice Duplessis à Schefferville.

    1960 (23 juillet 1960) Le juge Louis-Philippe Lizotte de la Cour supérieure du Québec déclare valide le Bill 38.

    (10 août 1960) La loi instituant la Charte canadienne des droits est sanctionnée par le Gouverneur général ; cette charte couvre les matières réservées à l'autorité fédérale par la Constitution du Canada.

    1962
    (5 novembre 1962) La Cour du banc de la reine rejette l'appel des Témoins contre la décision du juge Lizotte parce que selon elle, ils n'ont pas d'intérêt dans ce litige, n'ayant pas encore été poursuivis en vertu de cette loi.

    1964
    (28 janvier 1964) La Cour suprême confirme le jugement rendu par la Cour du banc de la reine le 5 novembre 1962 ; selon le plus haut tribunal canadien, l'action dit être conséquente à des dommages, car les actions déclaratoires n'existent pratiquement pas au Québec. Même s'il était valide, aucun Témoin de Jéhovah ne sera à aucun moment poursuivi en vertu du Bill 38.

    1977
    Décès de Nathan Homer Knorr. Frederick Franz devient président de la Society.

    1981
    Les Témoins de Jéhovah comptaient 19 850 adhérants au Québec.

    1991
    Les Témoins de Jéhovah comptaient 33 420 adhérents au Québec.

    1995
    La Cour suprême du Canada affirme que la vie d'un mineur est plus importante que les convictions religieuses de ses parents, qui ne peuvent pas empêcher que leur enfant reçoive une transfusion sanguine susceptible de le sauver, même si cette transfusion va à l'encontre de leur croyance.

    2016
    (3 octobre 2016) Mirlande Louis (Cadet), une mère de famille membre des Témoins de Jéhovah décède à l'hôpital Sainte-Marie de Montréal d'une hémorragie durant son accouchement par césarienne ; selon son frère, Isaac Cadet, des Témoins de Jéhovah ne voulaient pas qu'elle reçoive une transfusion, ils l'auraient gardé toute seule avec eux et n'auraient pas informé la famille de la situation ; des témoins de Jéhovah rencontrés par TVA Nouvelles à la salle du Royaume à l'île Saint-Jean ont indiqué et qu'il y aurait peut-être eu une erreur médicale. (Journal de Montréal, 23 octobre 2016, page 12)

    (12 octobre 2016) Éloïse Dupuis, 26 ans, une jeune membre de la secte des Témoins de Jehovah admise le 6 octobre 2016 à l'Hôtl-Dieu de Lévis y décède d'une hémorragie après y avoir donné naissance à un fils par césarienne ; comme son appartenance à la secte l'empêchait de recevoir une transfusion de sang, l'hôpital n'a pas pu lui administrer le sang qui aurait pu lui épargner la mort ; elle était munie d'une carte qui interdisait une transfusion ; selon une de ses amies, Alice avait inscrit cette interdiction sur sa carte alors qu'elle était jeune. Cette amie est arrivée à l'hôpital environ 15 minutes avant le décès d'Éloïse, mais les parents de celle-ci lui ont refusé de voir son amie. Le 20 octobre 2016, le ministre de la santé du Québec, Gaétan Barrette déclare que la transfusion a été refusée par Éloïse Dupuis de façon éclairée et indépendante et sans pression extérieure pendant et après son accouchement. Éloïse Dupuis aurait signé au préalable des documents confirmand son refus. Ce décès est l'objet d'une enquête du coroner. (Journal de Montréal, 23 octobre 2016, page 12)


    • Bibliographie -


    Freedom of Religion in the Province of Quebec with Particular Reference to the Jews, Jehovah's Witnesses and Church-State Relations, 1930-1960 (thèse de doctorat, William David Kenneth Kernaghan, Duke University, Durham, North Carolina, USA, 1966),
    Le Chef. Une biographie politique de Maurice Duplessis (Leslie Roberts, 1963),
    Maurice Duplessis (Conrad Black, 1976),
    Maurice Duplessis et son temps (Robert Rumilly, 1973),
    L'Affaire Roncarelli - Duplessis contre les Témoins de Jéhovah (Michel Sarra-Bournet (Institut québécois de recherche sur la culture, 1986).

    http://www.memoireduquebec.com/wiki/index.php?title=T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah_%28religion%29


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Dim 29 Oct 2023 - 18:35

    A Russell sioniste, vous pouvez ajouter à la liste, Russell, imposteur avec son blé miraculeux, Russell, adultère qui a trompé sa femme, Russell, faux prophète qui a écrit n'importe quoi tout au long de sa vie, et la liste n'est pas exhaustive.


    Russell sioniste ? Voyons que dit la watch à ce sujet : Poilade et retournement de veste assurée contre la théorie biaisée du sioniste Russell   ciaoooo




    La Bible avait-elle prédit la création de l’État d’Israël ?
    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 2010813_univ_lsr_lg

    w10 1/11 p. 27-29


    AUJOURD’HUI, le monde observe le Proche-Orient avec anxiété. Tirs de roquettes, affrontements entre milices armées et attentats à la bombe sont fréquents. Ajoutons à cette situation la possibilité tout à fait réelle d’un recours à l’arme nucléaire. Rien d’étonnant si partout les gens sont inquiets !

    En mai 1948 aussi, le monde regardait vers le Proche-Orient avec appréhension. Ce mois-​là, il y a 62 ans, le mandat britannique sur la Palestine touchait à sa fin, et une guerre était imminente. L’année précédente, les Nations unies avaient autorisé la création d’un État juif indépendant dans une partie des territoires occupés. Les États arabes limitrophes avaient juré d’empêcher cela à tout prix. “ La ligne de partage ne sera rien d’autre qu’une ligne de feu et de sang ”, avait averti la Ligue arabe.

    C’était le vendredi 14 mai 1948, à 16 heures. Les dernières heures du mandat britannique s’écoulaient. Au musée de Tel Aviv, une foule d’à peine 350 observateurs étaient présents, sur invitation secrète, pour une annonce très attendue : la proclamation officielle de l’État d’Israël. La cérémonie se déroulait sous stricte surveillance, de crainte que les nombreux ennemis du nouvel État ne la compromettent.

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 2010813_univ_cnt_1_md
    David Ben Gourion, le 14 mai 1948.

    David Ben Gourion, président du Conseil israélien, a lu la Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël. En voici un extrait : “ Nous, membres du conseil national représentant le peuple juif du pays d’Israël [...] en vertu des droits naturels et historiques du peuple juif, ainsi que de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, proclamons la fondation de l’État juif dans le pays d’Israël, qui portera le nom d’État d’Israël. ”

    La réalisation d’une prophétie biblique ?

    Certains protestants évangéliques pensent que la création de l’État moderne d’Israël réalisait une prophétie biblique. Ainsi, dans son livre Le compte à rebours de Jérusalem (angl.), le pasteur John Hagee affirme : “ Cet événement capital avait été décrit par le prophète Isaïe en ces termes : ‘ Une nation naîtra en un seul jour. ’ (Voir Isaïe 66:8). [...] Ce fut le plus grand moment de l’histoire prophétique du XXsiècle. La preuve évidente pour tous les hommes que le Dieu d’Israël était bel et bien vivant. ”

    Cette affirmation est-​elle fondée ? Isaïe 66:8 prédisait-​il la création de l’État moderne d’Israël ? Le 14 mai 1948 a-​t-​il été “ le plus grand moment de l’histoire prophétique du XXsiècle ” ? Si l’actuel État d’Israël demeurait la nation choisie de Dieu, et si Dieu réalisait par son moyen les prophéties bibliques, cela serait sans aucun doute digne d’intérêt pour tous les étudiants de la Bible.

    La prophétie d’Isaïe déclare : “ Qui a jamais entendu parler d’une chose pareille ? Qui a jamais vu choses pareilles ? Un pays sera-​t-​il mis au monde dans les souffrances en un seul jour ? Ou une nation naîtra-​t-​elle en une seule fois ? Car Sion a été en travail et a aussi accouché de ses fils. ” (Isaïe 66:8). Ce verset annonce clairement la naissance soudaine de toute une nation, comme en un seul jour. Mais qui en serait à l’origine ? Le verset suivant répond : “ ‘ Quant à moi, est-​ce que je provoquerai la rupture et je ne provoquerai pas l’accouchement ? ’ dit Jéhovah. ‘ Ou est-​ce que moi je provoque l’accouchement et je ferme réellement la matrice ? ’ a dit ton Dieu. ” Jéhovah Dieu fait savoir sans détour que la naissance spectaculaire de la nation serait son œuvre.

    L’actuel Israël est une démocratie laïque qui, officiellement, n’affirme pas s’appuyer sur le Dieu de la Bible. En 1948, les Israéliens ont-​ils reconnu devoir leur déclaration d’indépendance à Jéhovah Dieu ? En aucun cas. Ni le nom de Dieu ni même le mot “ Dieu ” ne figuraient dans le texte original de la proclamation. L’ouvrage Les grands moments de l’histoire juive (angl.) dit du texte final : “ Même à 13 heures, quand le Conseil israélien s’est réuni, ses membres ne parvenaient pas à s’accorder sur les termes de la proclamation. [...] Les Juifs pratiquants voulaient mentionner ‘ le Dieu d’Israël ’. Les partisans de l’État laïque s’y opposaient. Trouvant un compromis, M. Ben Gourion a décidé que le mot ‘ Rocher ’ figurerait au lieu de ‘ Dieu ’. ”

    Jusqu’à ce jour, l’État moderne d’Israël se réclame d’une résolution des Nations unies et de ce qu’il appelle les “ droits naturels et historiques du peuple juif ”. Peut-​on raisonnablement s’attendre à ce que le Dieu de la Bible accomplisse le plus grand miracle prophétique du XXsiècle en faveur d’un peuple qui ne lui en attribue pas le mérite ?

    Y a-​t-​il similitude avec l’Israël antique ?

    L’attitude laïque de l’Israël moderne tranche avec la situation qui existait en 537 avant notre ère. La nation d’Israël était alors ‘ née ’ une nouvelle fois comme en un jour, après avoir été dévastée et dépeuplée par les Babyloniens 70 ans auparavant. À ce moment-​là, Isaïe 66:8 s’était réalisé de façon frappante quand Cyrus le Grand, conquérant perse de Babylone, avait permis aux Juifs de retourner dans leur pays. — Ezra 1:2.

    Le roi Cyrus avait vu la main de Jéhovah dans cette action accomplie en 537 avant notre ère, et les Juifs qui étaient retournés à Jérusalem l’avaient fait dans le but délibéré de rétablir le culte de Jéhovah Dieu et de reconstruire son temple. L’État moderne d’Israël n’a jamais déclaré officiellement avoir un tel souhait ou une telle intention.

    Toujours la nation choisie de Dieu ?

    En 33 de notre ère, la nation d’Israël a rejeté le Fils de Jéhovah, le Messie ; elle ne pouvait plus prétendre être la nation choisie de Dieu. Le Messie lui-​même a déclaré : “ Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui lui sont envoyés [...]. Voyez ! Votre maison vous est abandonnée. ” (Matthieu 23:37, 38). Les paroles de Jésus se sont vérifiées en 70, quand les légions romaines ont détruit Jérusalem avec son temple et sa prêtrise. Mais que devait-​il advenir du dessein  de Dieu, celui d’avoir un “ bien particulier parmi tous les autres peuples, [...] un royaume de prêtres et une nation sainte ” ? — Exode 19:5, 6.

    L’apôtre Pierre, lui-​même Juif, a répondu à cette question dans une lettre adressée à des chrétiens — aussi bien des Gentils que des Juifs. Il a écrit : “ Vous êtes ‘ une race choisie, une prêtrise royale, une nation sainte, un peuple destiné à être une propriété particulière ’ [...]. Car autrefois vous n’étiez pas un peuple, mais vous êtes maintenant le peuple de Dieu ; vous étiez ceux à qui on n’avait pas fait miséricorde, mais vous êtes maintenant ceux à qui on a fait miséricorde. ” — 1 Pierre 2:7-10.

    Les chrétiens choisis au moyen de l’esprit saint font donc partie d’une nation spirituelle, leur appartenance n’étant pas déterminée par la naissance ou le lieu géographique. L’apôtre Paul explique : “ Ni la circoncision n’est quelque chose, ni l’incirconcision, mais une nouvelle création est quelque chose. Et tous ceux qui marcheront de manière ordonnée selon cette règle de conduite, paix et miséricorde sur eux, oui sur l’Israël de Dieu. ” — Galates 6:15, 16.

    Tandis que l’État moderne d’Israël propose la citoyenneté à tout Juif naturel ou converti, la citoyenneté au sein de ce que la Bible appelle “ l’Israël de Dieu ” n’est accordée qu’à ceux qui “ obéissent et [sont] aspergés avec le sang de Jésus Christ ”. (1 Pierre 1:1, 2.) À propos de ces membres de “ l’Israël de Dieu ”, les Juifs spirituels, Paul a écrit : “ N’est pas Juif qui l’est au-dehors, ni n’est circoncision celle qui l’est au-dehors, sur la chair. Mais est Juif qui l’est au-dedans, et sa circoncision c’est celle du cœur par l’esprit, et non par un code écrit. La louange de celui-là vient, non pas des hommes, mais de Dieu. ” — Romains 2:28, 29.

    Ces versets éclairent un commentaire de Paul sujet à controverse. Dans sa lettre aux Romains, il a expliqué que les Juifs qui n’acceptaient pas le Messie étaient comparables aux branches d’un olivier symbolique qu’on a coupées pour que soient greffées des “ branches ” “ sauvage[s] ”, gentiles (Romains 11:17-21). Il a conclu ainsi son illustration : “ Un endurcissement est arrivé en partie à Israël jusqu’à ce que le nombre complet des gens des nations soit entré, et de cette façon tout Israël sera sauvé. ” (Romains 11:25, 26). Paul annonçait-​il une conversion massive des Juifs au christianisme à un moment donné ? De toute évidence, une telle conversion ne s’est pas produite.

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 2010813_univ_cnt_2_md

    Que signifie l’illustration de l’olivier prise par Paul ?

    Par l’expression “ tout Israël ”, Paul désignait tout l’Israël spirituel — les chrétiens choisis au moyen de l’esprit saint. Il voulait dire que le rejet du Messie par les Juifs naturels ne contrecarrerait pas le dessein de Dieu : avoir un “ olivier ” spirituel plein de branches productives. Cela s’accorde avec l’illustration de Jésus où il se compare à une vigne dont les sarments improductifs sont coupés. Il a dit : “ Je suis la vraie vigne, et mon Père est le cultivateur. Tout sarment en moi qui ne porte pas de fruit, il l’enlève, et tout sarment qui porte du fruit, il le purifie, pour qu’il porte plus de fruit. ” — Jean 15:1, 2.

    Alors que la création de l’État moderne d’Israël n’a pas été prédite dans la Bible, celle de la nation spirituelle d’Israël, en revanche, l’a assurément été ! Si vous identifiez cette nation spirituelle aujourd’hui et vous y associez, vous en retirerez des bénédictions éternelles. — Genèse 22:15-18 ; Galates 3:8, 9.


    https://www.jw.org/fr/biblioth%C3%A8que/revues/wp20101101/bible-prophetie-moderne-etat-israel/


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -
    Mikaël Malik
    Mikaël Malik
    Membre - V.I.P
    Membre - V.I.P


    Sexe : Masculin pas témoin de la watchtower
    Messages : 3140
    Date d'inscription : 08/02/2021

    CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE - Page 2 Empty Re: CHARLES TAZE RUSSELL LE SIONISTE

    Message  Mikaël Malik Ven 5 Jan 2024 - 19:23

    EX-Témoin a écrit:
    Mikaël Malik a écrit:
    EX-Témoin a écrit:
    CL Watchtower a écrit:J'ai entendu sur un vidéo YouTube que, C.T. Russell, et sa famille, avait des origines juives ou étaient carrément issus d'une famille juive. Est-ce vrai ? Personnellement, je n'ai jamais entendu chose pareille sur lui !

    moi non plus j'ai jamais entendu qu'il était d'origine juif, à moins que le collège central le cache

    Je ne le sais pas moi non plus, mais, je pense que celui qui a affirmé cela ne savait pas de quoi il parlait   ciaoooo


    Voici l'histoire vu du Québec:


    Un article de la Mémoire du Québec (2022).


    • Mouvement adventiste basé sur la conviction que la fin des temps est imminente et que Jésus-Christ va revenir établir le Royaume de paix et de justice, faisant de la terre un paradis où les Témoins de Jéhovah vivront éternellement. En 1991, il y avait 168 375 Témoins de Jéhovah au Canada et près de 4 millions dans le monde.


    • Éphémérides -


    Vers 1870, Charles Taze Russell un presbytérien aurait perdu la foi. Il rencontre Joseph Wendell, un prêcheur adventiste. Il organise alors un groupe d'étude de la Bible à Pittsburg, Pennsylvanie, États-Unis.

    Vers 1873 Charles Taze Russell lance la revue d'enseignement religieux Watchtower/La Tour de garde.

    Fondation du magazine Zion's Watch Tower par Charles Taze Russell (1852-1916) à Philadelphie (USA) ; il prévoit la fin du monde en 1914 et le retour de Jésus sur terre où il règnera pendant 1 000 ans avant de remettre les clés du royaume à Jéhovah.

    En janvier 1976, Russell rencontre Nelson Harbour éditeur d'un périodique adventiste

    Spoiler:
     
    moi aussi j'avais lu qu'il était prostestant presbytérien avant de devenir adventiste, et pas un juif, il a tout piqué à l'apostat, selon la propre définition du collège central, nelson homer barbour 1874, 1878, 1914, jésus archange michel, venu invisible de jésus, etc
    A Russell sioniste, vous pouvez ajouter à la liste, Russell, imposteur avec son blé miraculeux, Russell, adultère qui a trompé sa femme, Russell, faux prophète qui a écrit n'importe quoi tout au long de sa vie, et la liste n'est pas exhaustive.

    Vous avez raison, j'ai oublié à la liste sur Russell, voleur de fausses prophéties adventistes  Laughing


    _________________________________________________________________________________________________________
    -
    « L’erreur va de pair avec l’oppressionLa vérité et la liberté ne craignent pas l’investigation. Ce sont des dons divinsc’est pourquoi toute organisation hostile à la liberté agit contre Dieu. Réveillez-vous! 1961 »

    -

      La date/heure actuelle est Sam 13 Avr 2024 - 9:22